Categories
Asie Pays

Hong-Kong : le virus… contre les élections

Le plan se déroule comme prévu. Alors que Hong-Kong entame une nouvelle page du scénario délirant “deuxième vague” (voir l’article ici… ils ont enregistré 2 morts en plus… total en 7 mois = 19…. un homme cardiaque de 60 ans, et un vieillard de 84 ans)… on commence à préparer les esprits du troupeau.

Hong Kong’s government could postpone by a year a vote for seats in the city’s legislature scheduled for Sept. 6 amid fears of a resurgence in novel coronavirus cases, public broadcaster RTHK reported on Wednesday.

(source Bangkok Post)

Comme c’est pratique ! Encore une coïncidence heureuse ! Une fois de plus le couillonavirus sert de manière objective… les intérêts de la Chine.

Cette éventuelle annulation serait bien entendu un coup contre les opposants dans la ville-état.

A postponement would be a blow for the opposition pro-democracy camp’s attempt to win a historic majority in the city’s assembly after Beijing imposed a new security law widely criticised by Western countries as eroding citizens’ rights.

N’oubliez pas que la Chine a utilisé la sidération couillonavirale pour faire passer une nouvelle loi dite de “Sécurité nationale”, lui permettant de facto de mettre au pas la ville-état, et de supprimer les libertés et droits qui avaient définis lors de la rétrocession de 1997.

Cette loi est entrée en vigueur le 30 juin. Les détails ici dans cet article de la BBC.

Et déjà, Pékin a fait arrêter des opposants grâce ce nouveau dispositif (quatre étudiants hier)

Alors, pur hasard ? Bad luck comme disent nos amis anglais ?

Opportunisme cynique ?

Ou alors un brin de conspiration ?

MISE A JOUR 31/07/2020

Le textbook était le bon… Les élections sont officiellement reportées !

«J’annonce aujourd’hui la décision la plus difficile de ces sept derniers mois (…) qui est de reporter les élections au Conseil législatif», a déclaré Carrie Lam, cheffe de l’exécutif hongkongais.

(source Le Figaro)

Oh oui ma chérie, on mesure ta douleur !

(Carrie Lam est bien entendu une agente de Pékin qui fait là où on lui dit de faire).

MISE A JOUR 10/08/2020

La loi scélérate vient d’être utilisée une fois de plus… Pour arrêter Jimmy Lai, le patron de presse pro-démocratie, pour “collusion avec des forces étrangères”.

(Source Le Figaro).

 

Categories
Pays

Guyane : ça fait pschiit. Et prout.

Caramba ! Encore raté !

Vous vous souvenez de la Guyane ? Le shithole de 290 000 habitants, la fameuse “île” quelque part en Amérique du sud ? En juin, le couillonavirus y faisait des ravages. Oui ma bonne dame.

Barjavel pouvait aller se rhabiller chez Prada ou chez le Diable himself.

Marlon couillonaviré dans Apocalypse Now : “The horror, the horror”

“The horror, the horror”.

La métropole, dans sa grande générosité maternelle monta prestement un “hôpital de campagne”. Ben oui, fallait bien leur venir en aide. Ils allaient tous crever du virus.

Fast forward 28 juillet :

L’hôpital de campagne de la sécurité civile qui avait été installé le 28 juin à Cayenne pour aider à la lutte contre l’épidémie de Covid-19 est en cours de démontage en raison «d’une tendance épidémique à la baisse», a annoncé mardi 28 juillet la préfecture de Guyane.

(source Le Figaro)

Oh ben non ! Pas déjà ! C’était si excitant, si terrorisant ! Un “hôpital de campagne”, ça faisait “guerre” en plus… Car, nous sommes bien en guerre, comme l’a dit et répété l’adolescent troublé de l’Elysée. Non ?

Une nouvelle fois : face aux fantasmes pourris le Réel fait pschiit. Prout. Flatulence dégueulasse et foireuse.

Cet hôpital de la sécurité civile, aérotransportable et projetable en 12 heures, avait été déployé le 28 juin au Centre hospitalier de Cayenne afin d’accueillir des patients non-Covid et de libérer des capacités hospitalières, notamment pour les urgences, très sollicitées en raison de l’épidémie de coronavirus.

C’est émouvant.

404 personnes ont été prises en charge dans cet hôpital“.

On se rappellera l’hôpital de campagne monté en neuf jours à Londres début avril, avec 4 000 lits !

Et qui finalement ne traita que… 51 patients (source BBC).

Non, je n’ai pas oublié trois zéros… 😉

Comment dit-on “je me fais caca dessus” en anglais ?

On se souviendra également (cocorico) de l’hôpital de campagne monté par notre valeureuse armée française, fin mars, à Mulhouse. Là encore c’était pour faire face à l’apocalypse.

A l’époque, ils voulurent engager Marlon Brando, mais ce dernier n’était pas disponible.

Haut fait d’arme couillonaviral ! L’hôpital militaire monté à Mulhouse pour faire face à l’apocalypse… Avec ses 30 lits… Puis 20… Puis démonté. Moins d’un mois après. Prout.

Et ce fier hôpital kaki, comme la couleur du slip de Véran le Verrat, était à la mesure de la même armée française, avec sa capacité… de 30 lits (non, une fois de plus, je n’ai pas oublié trois zéros) !

Alors que des cliniques privées, à 100 mètres (alerte exagération) dans la ville étaient… vides.

Le bide fut tellement complet que dés la mi avril… on passa sa capacité de 30 à … 20 lits. Avant de commencer à… le démonter ! (source Voix du Nord).

Comment dit-on “Je me chie et me vomis dessus” en français ?

Conclusion : bordel ! Vivement la troisième vague, quelque chose ! Une énième vague ! Un reconfinement ! Même un tout petit ! Une nouvelle hécatombe dans les Ehpad (où les vieux crèveront de chaud plutôt que du virus, comme durant la canicule de 2003, 20 000 morts une paille).

Des enfants ! La rentrée scolaire ! Faites quelque chose ! Donnez-nous nos morts quotidiens !

Saint Couillonavirus priez pour nous !

Categories
Pays

Italie : pour 1 000 balles t’es plus rien

Objectif ? Transformer le cerveau des Italiens en pizza (4 fromages ou margherita)

“Si nos concitoyens pensent que le problème est réglé, cela veut dire que dans un délai de quelques semaines nous reviendrons à une urgence dure”, avait averti Vincenzo de Luca, le gouverneur de Campanie.

Mamma mia ! Les gueux italiens étaient prévenus ! Pas question de les laisser digérer leur pasta à l’huile d’olive en paix.

L’imperator Couillonavirator règne au pays de César.

Le président de la région de Naples vient ainsi de passer l’amende pour non-port du masque (dans les lieux clos, y compris transports publics) à…. 1 000 euros.

Les carabiniers se sont dépêchés d’appliquer la nouvelle amende aux gueux.

La presse italienne rapportait dimanche que les premières amendes de 1000 euros étaient tombées la veille pour les propriétaires de trois commerces de Salerne (sud), dont un bar et un coiffeur, dans lesquels des policiers ont constaté que l’obligation du port du masque n’était pas respectée.

(source )