Categories
Asie Saloperie et sida mental

Covipox : c’est la Chiiiiiiiiiiiiiine !

“Les chauve-souris c’était tellement 2020… Alors on a décidé de s’intéresser aux singes. C’est bête hein ?”

[le titre est évidemment une plaisanterie, dans la lignée de celle au sujet de Poutine]

Vous n’allez pas le croire… Le labo de Wuhan a travaillé sur la variole du singe.

Tout récemment !

Cette fine équipe a publié un article en février 2022 (mais rédigé… en août 2021) dans le journal Virologica Sinica.

Lien : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1995820X22000414

Son titre ?

Efficient assembly of a large fragment of monkeypox virus genome as a qPCR template using dual-selection based transformation-associated recombination

De quoi s’agit-il ?

Researchers appeared to identify a portion of the monkeypox virus genome, enabling PCR tests to identify the virus, in the paper: “Efficient Assembly of a Large Fragment of Monkeypox Virus Genome as a qPCR Template Using Dual-Selection Based Transformation-Associated Recombination.” (source)

En clair, les mecs ont bossé sur l’identification par PCR de la variole du singe.

Quand on sait que cette merde se répandra exactement 3 mois plus tard dans 15 pays, c’est vrai que bosser sur les tests PCR, c’est très utile. 😉

Et c’est surtout hautement clairvoyant. Les Chinois sont des putains de génie.

Et c’est même pire que cela, puisque l’article fut envoyé en août 2021… Donc l’équipe chinoise travaillait DEJA l’année dernière sur le Covipox, pardon la variole du singe…

Quel sens de l’anticipation !

Nous étions en pleine panique “Delta”, mais non ! La Chine avait déjà prévu pardon prédit la prochaine pestilence, et travaillait (alors que nous, comme des gros benêts on se faisait “vacciner” contre le couillonavirus).

(et leurs efforts ont payé si j’ose puisque… les sociétés chinoises se dépêchent de faire valider dans le monde… tous leurs tests PCR adaptés à la variole du singe… voir dans les commentaires plus bas. Donc déjà, certains profitent de la Covipox-mania…).

Since MPXV [monkeypox] infection has never been associated with an outbreak in China, the viral genomic material required for qPCR detection is unavailable. In this report, we employed dual-selective TAR to assemble a 55-kb MPXV genomic fragment that encompasses E9L and C3L, two valuable qPCR targets for detecting MPXV or other orthopoxviruses.”

Il n’y a pas de monkeypox en Chine… donc les chéris n’ont pas le matériel génétique nécessaire (et mon cul c’est du poulet de la viande de brousse).

La tuile.

Ils ont donc bidouillé et utilisé la méthode TAR (transformation-associated recombination) pour isoler/assembler/recréer des morceaux du génome de la bébête.

Ils reconnaissent que cette méthode….

“applied in virological research could also raise potential security concerns, especially when the assembled product contains a full set of genetic material that can be recovered into a contagious pathogen.”

En clair… pourrait être dangereuse. Non sans déconner ?

Quand on connaît les états de service impeccables du labo de Wuhan avec les coronavirus, on se sent tout de suite à l’aise… 😉

Tu recréés en labo un agent pathogène contagieux deux ans après avoir foutu le monde à feu et à sang en bidouillant des coronavirus de chauve-souris ?

Et tu crains des problèmes de sécurité ?

😉

Je crois que nous tenons là une nouvelle définition du mot trollage !

Bref, la farce-tragédie se poursuit. Les comédiens sont de plus en plus nombreux sur scène.

C’est un foutoir invraisemblable.

Le monde est devenu complètement dingue, avec tous ces docteurs Folamour qui jouent à Dieu dans leurs labos, qui manipulent des trucs ultra dangereux qui les dépassent complètement, avec à leur disposition des technologies sans limite (CRISPR par exemple).

Ils sont excités par la thune, par l’hubris, par la pression de leurs militaires (qui ne lâchent jamais le morceau en matière d’armes bactériologiques) sans oublier celle de politiciens complètement à la ramasse et au bout de leur vie (“vite il nous faut une guerre !”, “Vite il faut trouver un moyen de maquiller l’inflation, la baisse des ressources” etc.) et autres groupes privés agissant soit pour la thune soit par idéologie.

Le tout dans le cadre d’une lutte géopolitique à mort entre différents blocs.

On est vraiment mal barrés.

PS : la prochaine année du singe en Chine sera 2028. On est vraiment mal barrés. 😉

Categories
Asie Saloperie et sida mental

Thaïlande : retour à l’école… 2 ans après

La société thaïe les a martyrisés pendant… 2 ans

C’est la rentrée des classes en Thaïlande (leur année scolaire allant de mi mai à la fin mars).

Une rentrée très particulière… puisque les 35 000 écoles du pays (privées et publiques)… étaient toutes fermées et/ou “en ligne“… depuis 2 ans !

Vous avez bien lu.

Deux ans.

Deux ans de délire absolu… qui ont provoqué des dégâts considérables chez les élèves, chez les plus jeunes (sans oublier les étudiants)…

L’état a failli… car des dizaines de milliers d’enfants dans les campagnes pauvres n’ont pas pu réellement suivre les cours “en ligne” (sans équipement informatique, sans Internet rapide)…

Et ils sont nombreux à avoir tout simplement renoncé.

La qualité du système éducatif était déjà abyssale… Alors avec le couillonavirus lâché par dessus…

Il existe toutefois un système parallèle dans le pays : les écoles dites  “internationales” (privées, très chères, avec un management et des profs souvent occidentaux et qui sont calées sur le calendrier scolaire européen).

Il y a en 150 environ dans le pays (Bangkok, Chiang Mai, Pattaya, Phuket, Samui…). Certaines ont pu rouvrir fin août dernier, en “présentiel” pour leur nouvelle année scolaire… La plupart en novembre (à Bangkok par exemple ou encore Chiang Mai).

Au menu : masques bien entendu et autres godemichés, sans oublier un test ATK par semaine pour tous… Et 10 % de tests “aléatoires” par semaine. Ainsi qu’un protocole très strict (en tout cas jusqu’à la fin 2021, il fut un peu assoupli après), si un seul cas positif, zou, toute la classe fermée immédiatement (voire même plusieurs classes… et passage en mode “en ligne“), désinfection des locaux à la mode chinoise, les fameux pschiit pschiit, etc.

Les écoles internationales et leurs élèves ont donc beaucoup moins souffert (durant l’année scolaire 2020, on a compté 1 mois de fermeture/en ligne et en 2021 environ 4 mois).

Cette réouverture générale s’appuie, et est justifiée bien entendu par  une campagne d’injections massive.

Tous les profs, tous les personnels administratifs… sans oublier les élèves (à partir de 5 ans).

Les premiers ont reçu de l’AstraZeneca/Sinopharm, les derniers du Pfizer.

A noter, une petite victoire, le dosage des enfants de 5 à 12 ans n’a pas eu un franc succès (50 % à peine)… les parents se méfiant des effets secondaires.

Deux ans de perdu… pour RIEN.

Absolument RIEN.

Et le pire c’est qu’il y a eu aucun débat public, aucune remise en question, aucune excuse… rien.

Cette folie collective est passée comme une lettre à la poste.

Et à ce jour, masques et autres cingleries de “distanciation sociale” sont conservés dans TOUTES les écoles (publiques, privées et internationales).

De nombreux parents au début de l’assouplissement (dans certaines écoles privées à Bangkok par exemple en novembre ou décembre)… on simplement refusé… et exigé que leurs enfants demeurent en mode “en ligne” (forçant ainsi des établissements à adopter un système hybride).

C’est sans doute l’effet le plus choquant de la covidémence : s’en prendre aux enfants, des victimes par définition incapables de se défendre.

POST-SCRIPTUM

On ne peut s’empêcher de voir dans cette obsession pour les enfants (visible également en Occident) non pas la volonté de les “protéger“, mais plutôt un élément-clé de la propagande covidémentielle.

Si je vous dis que la terrible pandémie ne tue que des vieillards malades, quand vous aurez perdu votre grand-père qui était de toute façon en sursis flingué par son alzheimer, son diabète et son coeur en compote… après 2 ou 3 larmes -bien vite séchées- ça finira par vous en cogner une sans bouger l’autre.

Donc la narration finit dans les orties.

Par contre si je vous dis que la terrible pandémie s’attaque AUSSI à tous les gentils petits nenfants (totalement faux) et qu’il est donc nécessaire de leur imposer toutes sortes de règles absurdes, de les priver d’école, de les violenter, alors vous avez subitement peur.

Très peur.

La terrible pandémie devient réellement terrible car notre avenir en tant qu’espèce est menacé.

Deux ans après, il est désormais évident que ces pays ont suivi un script.

Ce script fut appliqué également… aux transports publics avec le même zèle, révélant une fois de plus la volonté de rendre visible la pseudo menace virale, de l’incarner en quelque sorte, de prouver son existence grâce à une série de prophéties autoréalisatrices.

En réalité, tout ce qui fut fait au nom de la covidémence… n’est qu’une liste d’outils destinés à provoquer puis valider la peur, et donc alimenter le moteur de la psyop : confinements, masques, transports aériens, écoles, tests PCR, interdiction des traitements, promotion des “vaccins”, bidonnage systématique des données (cas, hospitalisations et décès).

Ce n’est pas une longue liste d’erreurs (de jugement, d’appréciation, de mauvaises solutions, de foirages), mais bien une checklist, d’ingrédients dans une recette comme lorsque des militaires organisent un coup d’état… ils appliquent une telle checklist :

  • 1 prendre le contrôle des radios/TV/journaux
  • 2 verrouiller les voies de communication (aéroports, gares etc.)
  • 3 arrêter les opposants
  • 4 occuper les lieux symboliques du pouvoir (présidence, parlement etc.)
  • 5 instaurer un couvre-feu, la loi martiale
  • 6 se choisir un ou des leaders qui apparaîtront à la télévision, etc.
Categories
Asie Humour

Quand le Covid joue au volleyball

Le Covid -lui- sait où il faut envoyer le ballon !

Dix heures du matin, ma villa au bord de mer est inondée de lumière.

J’ouvre une bouteille de Crozes-Hermitage et je me pose sur le sofa.

Oui, je sais…

Avec ma compagne, nous suivons les 31èmes Jeux d’Asie du Sud-Est, organisés cette année au Vietnam.

Chouette, j’adore le Vietnam.

Un match de volleyball Thaïlande/Indonésie est retransmis en direct à la télévision.

Re-chouette.

J’adore le volleyball… mais féminin exclusivement.

Belles femmes longilignes, aux muscles fins et ciselés, en mini short très moulant et qui -avec une certaine espièglerie- se tapent sur les fesses à chaque point gagnant (ou pas d’ailleurs).

Mais je m’égare ! Ce n’est pas le sujet. 😉

A noter que les joueuses indonésiennes, en majorité, portent un foulard (noir) sur la tête et dissimulent leurs jambes sous un collant (noir).

Après une bouteille descendue, je remarque une chose bizarre. Les équipes ne changent pas de côté après chaque set.

Le vin du Rhône me jouerait-il des tours ?

Je me tourne alors vers ma compagne et lui lance :

Amour brûlant et phare de ma vie, ma poulette adorée, mon virus galant préféré, ma myocardite céleste, pourquoi les joueuses ne changent-elles pas de côté, nom d’une pipe ?

Elle écoute les présentateurs thaïs qui baragouinent dans le poste, expliquant le pourquoi du comment de cette étrangeté.

Puis elle sourit. Ses longs yeux de Siam s’illuminent. Elle sait d’avance qu’elle va me faire plaisir.

C’est à cause du… Covid. Pour réduire les risques de contamination.

A cet instant, je comprends subitement deux choses :

  • 1 elle est bien la femme de ma vie.
  • 2 la semaine couillonavirale commence très bien, je dois m’ouvrir une seconde bouteille de vin.