Categories
Pays Saloperie et sida mental

OMS : la Chine continue de refuser l’accès à Wuhan

“C’est si bon de se foutre de votre gueule”. Xi Jinping, apprenti maître du monde.

La Chine se moque du monde entier depuis le début de la crise couillonavirale. Et elle ajoute cette touche de foutage de gueule, si caractéristique des coupables qui pissent à la raie de leurs victimes.

Pékin pendant des mois a refusé que toute équipe de l’OMS vienne enquêter dans l’épicentre de la pandémie : Wuhan.

Or ne pas enquêter à Wuhan… c’est renoncer à comprendre une chose fondamentale : l’origine du virus. Et la manière dont le virus a pu muter, apparaître (quel animal par exemple a pu servir d’hôte, pour l’instant, officiellement il n’y a que des hypothèses, vous vous souvenez du fameux et si grotesque “pangolin”).

Ce refus signe déjà le crime.

On peut prendre la question sous tous les angles : refuser c’est dissimuler.

Donc la Chine veut à tout prix cacher quelque chose à Wuhan. Quoi ?

La réponse est évidente pour toute personne dotée encore de quelques neurones, en état de marche et reliés les uns aux autres…

De guerre lasse, Pékin a enfin accepté de recevoir en juillet une “pré-équipe” de l’OMS. Comprendre… 2 experts. Un couple quoi. 😉

C’est sûr que pour une terrible pandémie qui ravage le monde entier depuis 8 mois…. ça fait un peu juste. Et ça fait un peu tard… Vous ne pensez pas ?

Ces 2 experts sont donc venus, n’ont rien vu, n’ont rien vaincu et sont repartis la queue bassse.

Forcément.

Ils sont en effet restés assis pendant 3 semaines en juillet… à Pékin. A exactement 1170 km de Wuhan.

On imagine qu’ils ont eu le temps de visiter les musées de la capitale chinoise et de goûter à la gastronomie locale. Avec un peu de chance, ils ont probablement été autorisés à visiter… Disney World à Shanghai.

Ca c’est un truc à voir… 😉

Bon et pour le couillonavirus, la terrible pandémie qui ravage la planète, tout ça… on fait quoi ?

(source ZeroHedge).

(et n’oubliez pas de lire ma série “A qui profite le crime ? ” , menu du haut)