Categories
Asie Saloperie et sida mental Vaccinocircus

Produits ARNm : la Chine continue de jouer la montre

“Ca se passe bien toi en Ukraine ? Ca glisse. Et toi l’enculerie des pseudos vaccins ARNm, ça marche toujours ? Ca glisse aussi, tu ne peux pas imaginer à quel point ils sont neuneus !”

Deux ans et 3 mois après le début de la terrible pandémie qui menace l’humanité… Toute la planète (hors Afrique) utilise les produits ARNm de Pfizer (et Moderna) sauf l’Inde… la Russie et… la Chine (lire ici).

Plus de la moitié de la population mondiale…

La Chine.

Le berceau du terrible virus…

Et pourtant, dès la mi 2021, on nous avait dit “si si bien sûr la Chine va importer le produit ARNm de Pfizer puisque c’est le meilleur, le plus high tech, le plus efficace“.

Faux.

Du moins une société chinoise à la con avait bien signé un accord avec le géant américain… mais bizarrement… les autorisations officielles ne vinrent jamais.

Jamais.

Au point qu’en août 2021, même les boys neuneus de Wall Street ne “comprenaient pas” la situation (lire ici).

Ensuite, on nous a dit : “c’est parce que la Chine développe ses propres produits ARNm, ce sont de grands enfants très nationalistes, faut les comprendre, mais ça y est c’est fait, ils vont commencer à les utiliser en octobre, promis juré” :

China’s first self-developed mRNA vaccine to enter mass production in October with annual capacity of 200 million doses (source média officiel anglophone du PCC : Global Times);

Totalement faux.

En février 2022, on apprend que… un petit… test cliniques a été mené fin 2021, si, si on travaille dur… 120 glandus (!!!) sur un pays de 1,4 milliard on sent la grosse motivation bien baveuse et velue (lire ici).

Et c’est seulement en avril 2022… que l’on apprend que deux sociétés chinoises ont reçu l’autorisation de… euh… demander l’autorisation pour commencer des TESTS CLINIQUES en Chine. 😉

Ah bon ? Deux “tests cliniques“… ? Mais alors elle est où la “production de masse” ?

Chinese vaccine developer CanSinoBIO’s COVID-19 mRNA vaccine has received approval from the National Medical Products Administration for clinical trial applications in China, the company announced in a news release on Monday.

On Sunday, Hebei Province-based CSPC Pharmaceutical Group said its mRNA COVID-19 vaccine candidate, called SYS6006, has also been cleared for clinical trials. (source média officiel anglophone du PCC : Global Times)

De plus… il y a une grosse couille dans le potage virale… Pfizer et Moderna ont développé leurs produits… en “un week-end ” voire même en quelques heures… si, si… en janvier 2020 (lire ici).

Vous ne saviez pas ? Il faut lire cet article absolument grotesque du Point et pourtant commandé par Big Pharma, tellement fier de son propre hubris, de sa propre cinglerie hystérique.

Et alors même que – souvenons-nous – c’est la “guerre” (Xi Jinping début 2020), que la pandémie est terrible, que le virus est d’une dangerosité folle et menace de détruire l’humanité ?

Là encore, les officiels chinois ont réponse à tout :

The mRNA vaccines developed by Chinese companies are not much different from those made by overseas producers. But restricted by technical bottleneck problems such as raw and auxiliary materials and key equipment, R&D of domestic mRNA vaccines has been slow, and they are mostly still in phase I or phase II clinical trials, Feng noted.

Des problèmes d’approvisionnement de matières premières… et d’équipements ont ralenti les efforts surhumains de la Chine ? 😉

Depuis 2 ans et 3 mois ?

La Chine malgré ses moyens absolument considérables, tant financiers qu’en terme de main d’oeuvre qualifiée, médecins, chercheurs, ingénieurs sans oublier ses espions… 2 ans et 3 mois après… le pauvre Empire du Milieu n’aurait toujours pas fini le boulot ?

Et va tout juste commencer deux modestes “tests cliniques” ?

Et ces derniers finiront peut-être… euh… quand ?

Là encore, le trollage des Chinois est confondant :

Shao noted that the side effects of the vaccines based on mRNA, a pretty new technology that only began to be put into human use on a large scale because of COVID-19, cannot be ignored. Its long-term safety should be further confirmed after closely monitoring adverse events following immunization in humans for years.

Ah… nouvelle technologie très nouvelle… des effets secondaires négatifs… qu’il faudra surveiller PENDANT DES ANNEES ? 😉

C’est ballot.

Alors que l’Occident est déjà à 4 doses injectées ?

Et que Pfizer et Moderna veulent la 5ème dose, et même injecter les nourrissons ?

L’évidence est là, sous nos yeux : la CHINE SE FOUT DE NOUS et le test clinique à grande échelle, ce sont les milliards de cobayes en Occident, Amérique Latine, Moyen-Orient et Asie du sud-est…. nous… qui le faisons !

Dans nos chairs.

Et ça se passe mal.

Mais promis juré, une nouvelle fois, la Chine finira par utiliser aussi ces produits… 😉

Bientôt.

Quand les Occidentaux, ces concurrents qui consomment trop de ressources, seront tous… morts ou blessés.

De la belle ouvrage.

Le PCC poursuit sa stupéfiante psyops face à l’Occident…

Depuis janvier 2020…

A part ça, craignez Poutine, applaudissez l’Ukraine, votez bien dimanche, et préparez vos passeports vaccinaux pour l’automne…

Bande de sinistres connards.

POST-SCRIPTUM

Au même moment… au pays des neuneus français :

Covid-19 : la 4e dose de vaccin ouverte aux 60 ans et plus
La deuxième dose de rappel, qui ne sera pas obligatoire, sera proposée aux plus de 60 ans qui ont reçu leur dernière dose il y a au moins six mois. (source Le Point)

Rappel : c’était 85 ans avant… Puis 60 ans “pas obligatoire“… puis ça deviendra -forcément- obligatoire pour tous… après (avec un nouveau variant, avec l’arrivée de l’hiver peu importe).

Le scénario est désormais bien rodé.

24 replies on “Produits ARNm : la Chine continue de jouer la montre”

Cher Docteur,

J’adore la manière dont vous racontez l’histoire qui se déroule sous mes yeux ébahis depuis deux ans et trois mois. Vos enquêtes constantes, documentées et les conclusions que vous en tirez sont remarquables, de mon modeste point de vue.

Lorsque, en plus, vous insultez les gauchistes et tous ceux qui vous font répéter ce que vous avez déjà écrit dix fois, nous sommes pays parce que vous écrivez exactement ce que je pense. En mieux. De fait, vous écrivez tout ce que je pense et que je ne trouve pas l’effort d’écrire.

Après une journée dense de travail bien remplie, j’affiche votre blog à l’écran et j’y retrouve un autre moi. Votre blog canalise ma colère et me permet de tenir un jour suivant. Puisque nous sommes deux, plus les quelques commentateurs dont certains fidèles de H16, c’est que je ne suis pas fou, non ? Parfois, je doute encore et je passe vous lire pour me rassurer. C’est mon auto-prescription : une lecture de covidémence chaque jour éloigne la mélancolie et recharge l’espérance.

Auprès de mon entourage, j’argumentais au début les erreurs dramatiques du confinement et des injections. Puis, j’ai lentement compris que mes collègues, contacts, famille, compagne me considéraient comme un déviant. « Tu ne peux pas dire cela ». « Ah, oui, tu es un complotiste ».

J’ai écarté tous ces nuisibles que je fréquente désormais superficiellement et mon entourage s’est réduit à trois ou quatre personnes. Peu de loisirs depuis deux ans, pas de sorties, peu de rencontres. Chaque fois qu’un employé me demandait un passeport médical, je l’agressais en lui demandant son nom, le prenais en photo pour d’hypothétiques poursuites futures et tournais les talons. Pareil dans le métro où j’envoyais paître le moindre idiot qui me reprochait l’absence de mon masque. Maintenant, je fais semblant de porter un masque qui fait semblant de nous protéger.

Depuis six mois, j’ai admis l’ampleur du mouvement de masse. Je me couvre de ma peau de mouton et bêle ce qu’ils veulent entendre. Cette injonction paradoxale m’épuise.

Dans le même temps, j’ai orienté mon métier en travail à distance, transféré mon épargne hors de France, jeté mes objets inutiles, emballé le reste, révisé mon équipement de campagne, mon armement et mes munitions, me suis entraîné à passer des frontières en douce. Plus facile à dire qu’à faire. Bref, je me suis mis en ordre de marche, avec toutes les difficultés de la réalité comparée aux intentions depuis ma chaise.

Mon exemple a entraîné deux amis cinquantenaires qui avaient déjà le rythme ou qui m’ont rattrapé. A quelques détails administratifs pour l’un, genre six mois de délai pour faire renouveler son passeport, ou refus de sa banque de retirer tout son argent en billets pour l’autre, nous sommes prêts. En passant, oui, le réveil sera douloureux pour ceux qui se croient protégés. De nombreux dysfonctionnements du pays sont invisibles.

La question à laquelle nous ne savons pas répondre est : où aller ? Nous butons sur cet obstacle depuis un an sans trouver l’endroit. Quel est le pays qui n’est pas covidément et un minimum libéral ? Par exemple, Singapour avait ma préférence. C’était avant 2020. Je ne parle plus de la Nouvelle-Zélande, ni de l’Australie, ni du Canada. Je me méfie de la Suisse qui a fait voter la vaccination et qui imposait jusque la semaine dernière un certificat de vaccination ou un dépistage négatif.

Si l’un ou l’autre des lecteurs a une réponse argumentée, nous sommes preneurs.

Merci docteur.

Merci pour vos chaleureux encouragements.

Je peux déjà vous donner… ma propre réponse. Puisque je suis passé par les mêmes étapes que vous, et ça fait 20 ans au bas mot, que je me gratte la tête.

J’ai fait un mon Pari de Pascal : Thaïlande donc.

Les événements me donnent raison.

Hélas.

Pas de méprise : la Thaïlande a sa propre myriade de problèmes, pardon de “challenges”. 😉

Mais une analyse ontologique… fait pencher la balance en sa faveur. Et demain encore plus qu’aujourd’hui.

La Thaïlande souffrira mais infiniment moins que les pays d’Europe Occidentale.

Enfin oubliez les critères du type “libéral”… Ce sont des critères de riches. Et qui ne s’appliquent plus en période de crise.

Merci. Puisque nous sommes plusieurs à nous gratter la tête depuis si longtemps, je comprends maintenant qu’il n’existe pas de solution idéale.
Par conséquent, je mets la Thaïlande en tête de liste.
La Pologne, la Hongrie, les pays baltes étaient aussi dans mes analyses. La Russie, récemment, à cause de l’unanimité à la condamner, au motif que c’est un signal fort de faire le contraire.

1) J’avais cru comprendre cependant que vous avez eu des difficultés pour sortir du pays et y revenir à cause du confinement. Pour l’instant, je ne peux pas me passer de venir en France six à huit fois par an.
Comment surmontez-vous cela ?

2) Tous les pays de mon choix maintenant ont des langues, voire des alphabets complexes qui sont de fortes barrières à mon intégration.
– Le thaï semble une des plus compliquée à apprendre.
– Personne n’apprend le polonais de bon gré.
– Le magyar est une langue unique en Europe centrale.
– L’alphabet russe est un obstacle à peine moins élevé.
Comment faites-vous en Thaïlande pour vous intégrer ?
Sauf à rester entre expatriés franco-anglophones.

3) Je crois que je ne comprends pas votre argument de critères de riches qui ne s’appliquent plus en période de crise en ce qui concerne le libéralisme.
Je pensais au contraire que c’était un critère de choix important pour me permettre d’entreprendre plus facilement, de subir moins de contraintes administratives, de conserver davantage de revenus, d’être davantage autonome.
Pourriez-vous m’en dire davantage, si cela ne vous dérange pas ?

Pour l’alphabet, vous avez la spécificité vietnamienne (merci les Français) : ils utilisent l’alphabet latin.
Mais attention langue tonale, difficile à maîtriser à l’oral.

Thaï, Khmer… oui alphabets “spaghettis”.

Comment je fais ? Je suis redevenu un enfant. Je ne peux ni lire, ni écrire. 😉

Je parle un peu.

Mon cerveau est trop vieux pour apprendre.

Concernant les déplacements, ça s’assouplit. Mais j’ai connu les quarantaines de 15 nuits… Pénibles. je ne le ferai certainement pas 8 fois par an !

En période crise, pensez-vous que la priorité soit de pouvoir “entreprendre” ?

Les pays asiatiques sont plus bordéliques que l’Occident, donc paradoxalement… offrent plus de “libertés”.

Attention ça change vite (exemple la Chine).

ah, ah, ah ! 🙂
Votre comparaison enfantine est bien trouvée. Elle résume ce que j’ai ressenti lors d’un passage en Chine. Sorti du quartier touristique, j’ai essayé un restaurant et je ne sais toujours pas ce que j’ai mangé ! Le personnel était dévoué et souriant, mais impossible de communiquer.
J’ai choisi au hasard.
Je comprends que ce sera mon quotidien, avec la fréquentation des expatriés de temps et temps et de mes contacts en vidéo. Après tout, c’est ce que j’ai fait pendant les deux ans de prison du confinement.

En ce qui concerne entreprendre, oui, je pense que les temps troublés sont indifférents. Au moins, pas pire qu’en temps ordinaire dans un pays communiste hostile aux entrepreneurs comme la France.
D’une part, il y a toujours des besoins à satisfaire pour des clients solvables. Je peux me tromper, mais il me semble que la crise est relative. Elle tue des activités et en favorise d’autres.
D’autre part, entreprendre me fournit une autre source de revenus au cas où mon épargne est saisie, détruite, dévalorisée.
Enfin, je n’ai pas trouvé mieux pour rester actif, dans le rythme de la modernité, au contact des jeunes et des gens en général, être poussé par la concurrence et par les clients. Je ne dis pas que c’est facile ; je dis que je n’ai pas trouvé mieux.

Votre dernier conseil m’est utile, sur la rapidité du changement. Je vois bien de quoi il s’agit avec votre exemple de la Chine où des collègues sont devenus indésirables en quelques années. Sans parles de Hong Kong où l’ambiance à changé encore plus vite.
Je n’avais pas pensé à mettre en priorité élevée dans mes critères que mon activité (ou ma présence) devait être facilement delocalisable.

Oui Docteur je sais que vous êtes bien là ou vous êtes 😉
C’était un message pour Jean Aymar (désolé mal placé)
Nous on adore ce climat avec la neige et le ski de fond sur la plage l’hiver , il fait bcp plus chaud ici dans les lieux publics et ds les apparts et l’été pas de canicule c’est 32 max (et trop pour moi ! Mais on a des lacs et la mer)
Disons que c’est facile de fuir la France en voiture avec juste une CNI .
en effet la situation geographique en UE et proche Poutine est merdique.
A court terme ça ira.
Wait & see

Je suis un nostalgique de la neige et des alpages, de l’altitude, des odeurs de l’hiver. Dans ma jeunesse j’étais un fan du “planter du bâton”, de l’après-ski, des grosses bouffes roboratives.

Et j’avais un putain de style pour la godille. Sec, nerveux, racé… le tout avec un simple jean moule-bite… Superbe. Si, si. 😉

Mais bon on ne peut pas TOUT avoir… la chaleur ET la neige…

A un moment, il faut choisir.

Mes vieux os (et muscles) ont choisi.

Bonjour MissKat,

Merci pour votre avis argumenté.
Oui, la proximité géographique dans l’espace européen permet de traverser facilement deux frontières en véhicule dans la journée. C’est un critère de poids.

Après tout, comme vous le mentionnez, ce peut aussi être un choix de court terme. Je n’y avais pas pensé.
Ainsi, ce serait une étape pour démarrer et découper les difficultés en tranches plus faciles à surmonter.

Avec ses 250 chars commandés à l’oncle sam et ses futures ogives nucleaires, je dirai que c le pire endroit pour les 5 prochaines années. Et mon usine est là bas

Le principe survivaliste est-il vraiment une solution? La simplicité volontaire tout en restant là où il faut est peut-être une solution plus accessible. Les pays lointains ne sont pas toujours mieux car ça part en vrille partout .

Bonjour Suricathy,

Oui, acheter une maison avec terrain dans la campagne profonde (ou proche d’une ville) en France est une hypothèse que j’étudie aussi. Je l’ai expérimenté un peu l’été dernier près de la frontière espagnole.

Avantages :
– autonomie alimentaire,
– autonomie énergétique possible avec des panneaux solaires, poêle à bois, vêtements adaptés.
– autonomie en eau possible avec citernes et puits
– vie saine au grand air
– facilité de se constituer un cercle d’entraide. Fréquenter l’église et se faire copain avec le curé est efficace. Il connaît tout le monde et relie les gens par affinité.
– maillage dense des supermarchés. On trouve tout, de bonne qualité, à bon prix à moins de 10 kilomètres.
– coût de la vie moins elevé qu’en ville. Facile de trouver des producteurs locaux. Tentations de dépenses moindres.
– armement et munitions faciles à dissimuler.
– entraînement en mode dégradé dans la campagne aisé à pratiquer. Quoique, la réalité est épuisante sans la logistique militaire. N’est pas Yvan Colonna qui veut.

Inconvénients :
– gros investissement en capital, impossible à liquider rapidement.
– gros investissement en compétences pour équiper la maison. Production électrique, isolation, rénovation, puits, composteur, toilettes sèches, etc. Chaque thème est une quasi-science.
– gros investissement en compétences et en temps pour cultiver. La moindre expérimentation prend un an. Non, les habitants locaux ne sont pas tous des experts à copier.
– travail constant pour entretenir le bâtiment, les cultures et l’élevage éventuel (quelques poules, moutons, vaches)
– vie pas si saine parce que la pollution des cultures intensives se diffuse à l’intérieur, l’amiante est souvent présente parce que c’était un matériau efficace et bon marché dans le passé, etc.
– impossible à défendre contre l’ogre fiscal. L’immobilier n’est pas délocalisable par nature.
– impossible à défendre contre les rôdeurs (« gens du voyage » ou autres malfaiteurs locaux)
– intégration à la population locale vite limitée, sauf à avoir été à l’école au moins un an sur place dans son enfance
– mieux vaut être en famille ou, a minima, en couple
– vie sociale restreinte. On fréquente l’entourage par défaut et les nouvelles rencontres deviennent rares par la suite.
– loisirs limités. Sauf le sport en plein air. Oubliez cinémas, théâtres, musées, concerts, conférences. La connexion internet compense en partie, avec ses inconvénients.
– opportunités d’affaires réduites. Soit par faiblesse du marché, soit par faiblesse des ressources.
– le sud de la France est en majorité socialo-communiste. Corruption, clientèlisme, copinage sont la règle.
– pas d’anonymat. Les médisances que vous entendez sur vos voisins sont les mêmes sur vous dans votre dos.

Par conséquent, vu de mon analyse subjective, je considère cette hypothèse comme une solution de repli.
Ca se discute, évidemment.

Je continue de croire au potager, mais malgré tout je recommande la lecture de “Plantes sauvages comestibles” par François Couplan. Même si ce n’est que pour contrer l’inflation, cela peut aider ?

Inflation ?

Ma recette perso :
-or (en Asie, sa mystique, son utilité, son éternité… sont encore bien présents, et heureusement)

-actions dans des sociétés… pétrolières. Levier contre l’inflation, car les ressources diminuent. Donc leurs “prix” suivront, inversement.

Je pousse même le vice à investir dans des boîtes thaïes… de CHARBON (exploitation mines et/ou génération électricité centrales thermiques) 😉

C’est simple : il faut faire TOUT L’INVERSE des gogos neuneus écolos gauchos occidentaux (idiots utiles manipulés bien entendu).

Donc du pétrole, du charbon, des trucs bien DEGUEULASSES, bien polluants, bien sales… mais indispensables… et encore plus demain qu’aujourd’hui.

Je suis à 1000000%.
Et pour ceusses.et.celles qui prendraient des actions françaises, éviter à tout celles pilotées par des énarques (direction, CA…) : échec garanti.

Pareil pour l’or.
J’étais davantage en actions informatiques et électroniques, assorties de banques et d’entreprises indispensables comme les gaz, le ciment. Le pétrole est une bonne idée, je n’y pensais plus. D’autant que les fonds “éthiques”, “responsables”, “bla-bla” les boycottent depuis longtemps.
Quelques dizaines de milliers d’euros de cash dans le placard.
Pas d’immobilier. Pas d’obligations.

Je commençais aussi à envisager sérieusement la Russie mais pour le moment ça semble trop difficile, impossible de transférer de quoi acheter une maison, de faire transiter des fonds ……
J’ai fini par craquer et me faire piquer …. ben oui je sais … huit heures chez mon tatoueur et j’ai maintenant une superbe sorcière sur un bûcher sur le bras gauche, c’est comme cela que je vis cette période, pas mal de rapprochements à faire avec ce qui est arrivé à l’époque à ces femmes.

Par contre, sur les confinements, ils ne jouent pas la montre.
Prêter foi complètement aux images actuellement, je ne sais pas. Mais Pékin littéralement se déchire avec son “zéro Covid” 🤔
Franchement, je n’accroche pas à l’idée qu’ils s’imaginent que les “neuneus” occidentaux vont suivre encore, si jamais ce fut le cas lors de la première.
Je ne peux pas me prononcer sur d’éventuels enjeux internes, pour tel sommet du Parti, comme je ne lis / parle pas chinois (et que je ne connais pas ce petit pays).
Cela semble cela dit la seule explication (et c’est piteux).
Personne ne peut plus croire au “zéro covid” ici. Mais là-bas, ce doit être comme ce qu’on lit dans un roman chinois ou de l’est, époque soviétique. Ou maintenant en Corée du Nord. Le contrôle de l’État s’est insinué dans les tripes: on ne sait plus si même tes proches ne pourraient pas te dénoncer!
Pas cool.

Pékin n’a pas la même échelle de temps que nous.

Jouer la comédie du zéro covid jusqu’en novembre (date du congrès) ?

Pourquoi pas ?

Ca coûte ? Et alors ? La politique chinoise c’est toujours ça : des dégâts, des souffrances mais pour un bien “supérieur” (forcément).

Longue Marche, Révolution culturelle… pour ne prendre que des exemples récents, du PCC.

Punir 26 millions de gogos à Shanghai ? Si ca peut affaiblir la faction de Shanghai, garantir le contrôle absolu de Xi Jinging, et au passage terroriser des neuneus Occidentaux, sans oublier foutre la merde dans les chaînes d’appro de ces mêmes Occidentaux (pour leur rappeler qui est le vrai boss, et pour préparer le terrain pour la reprise de Taiwan, “vous ne pouvez pas traiter la Chine comme vous traitez la Russie”) ?

Pourquoi pas ?

Plein d’avantages, de gains… pour un coût acceptable (la vie quotidienne de 26 millions d’individus… sur 1,4 milliard, ça va on a de la marge).

Ce qui manque, pour cette deuxième fournée, ce sont des types qui se convulsent par terre dans la rue.
Parce que ce n’est pas rejouable.
Pour le reste, il n’y a que ces facteurs pour comprendre la situation, en effet.

A Jean Aymar, et d autres s ils sont interesses, quelques infos…
Ca fait 25 ans que je vis hors de France et evidemment le covid a change bien des choses, mais j ai quand meme reussi a ne pas rentrer, parce que la France et mezigue c est fini depuis un bail.
Je precise n etre pas vaccine, et que donc les voyages ci dessous ont ete possibles avec juste un test.
L Asie du sud est je te recommande pas, ce sont trop des moutons et ils se laissent marcher sur la face a un tel point qu en comparaison les francais semblent etre des revolutionnaires, tout ca pour dire que ce ne sont pas des pays ou les locaux ont les roubignoles de s opposer a leur gouvernement et donc ou n importe quoi peut arriver ce qui n est pas tres sur pour les etrangers que nous sommes.
Depuis le debut de la “pandemie” j ai passe du temps en Malaisie (mars 2019-mai 2020) et j y etais bien sauf que ces fumiers ont fini par virer tous les etrangers sans menagement, en plus d apres leur logique ils mettaient notre vie en danger en nous forcant a prendre un avion en pleine “pandemie” et alors que leur pays etait confine, bon, passons.
Ensuite on est partis en Turquie (je suis avec mon fils de 9 ans qui n a jamais vu la France et que j eleve en dehors du lavage de cerveau occidental moderne), pas de confinement pour les etrangers et vie tranquille sans masque (Istanbul entre mai et octobre 2021).
Je serais bien reste plus longtemps car ils proposent des visas longue duree (1 ou 2 ans) a un prix abordable mais ca ne s est pas fait parce qu ils demandaient trop de paperasse additionnelle pour mon fils et aussi parce qu il fait trop froid l hiver.
De la on est alles dans le Sinai en Egypte (octobre 2021-avril 2022) et la c etait vraiment bien, a part qu il a pas fait chaud cet hiver mais c etait quand meme moins pire qu en Turquie, 0 masque, 0 conneries, le covid n existait pas.
Enfin si, il y avait quand meme le passeport vaccinal ou le test pour rentrer dans les administrations mais ca ne nous concerne pas.
Le visa, tu as 1 mois a l arrivee pour 25 dollars et tu peux prolonger 2 fois de 6 mois pour genre 95 euros chacune.
Et maintenant on vient d arriver en Inde, les pauvres ont BEAUCOUP souffert des conneries covid et la bouffe a beaucoup augmente mais ca reste l Inde, les gens sont sympas et detendus.
Le visa c est 1 an pour 40 dollars ou 5 ans pour 80 dollars, le seul hic (parce que c est l Inde, faut qu ils emmerdent un peu quand meme) c est que tu dois sortir tous les 90 jours pour ensuite rerentrer (en gros tu ne peux rester que 90 jours consecutifs) mais c est pas trop un probleme vu qu il y a plein de pays limitrophes. Sinon a Kathmandou y a moyen de choper un visa business (meme si tu fais pas de business), il coute 220 dollars pour un an et il ne faut sortir qu au bout de 6 mois avec possibilite de ne pas sortir du tout si tu vas t enregistrer en Inde, c est peut etre ce que je ferai dans un an parce que la pour l instant je suis sur le visa classique d un an et sortie tous les 90 jours.
En tout cas tu as raison de te tirer de ce pays, il est foutu.
C est dommage car c etait un bon pays mais c est comme ca, maintenant faut sauver sa gueule…

Bravo pour votre périple.

Quelques observations.

L’Asie du Sud-Est mouton ? Oui. Mais…

Je peux vous assurer que les asiatiques peuvent libérer une violence, absolument phénoménale…

Pour ne parler que de la Thaïlande : 1976, les jeunes sont cocos, la tension est à son comble après la chute de Saïgon, de Phnom Penh etc… Des milices sont lâchées sur les étudiants… Bilan un massacre… Des mecs pendus aux grilles de la fac.

1992… l’armée tire dans le tas… dans les rues de Bangkok ! Sur des manifestants.

Indonésie ? C’est pire encore.

Bref, les asiatiques restent dans le rang… oui…mais quand on les pousse trop… alors l’ultra violence éclate.

Ensuite, il faut regarder à plus long terme… C’est à dire au-delà du Covid.

L’Egypte est une contresens majeur… Les émeutes de la faim (qui vont bientôt reprendre à cause de nos conneries avec la Russie)… sans parler de l’islamisme, derrière, qui n’a JAMAIS pu être abattu…
L’extrême jeunesse du pays, très nombreuse… sans rien… Ils ne peuvent même pas baiser, ils sont obligés de faire des “mariages minutes”.

Bref, c’est une pétaudière ! Qui explosera c’est une certitude.

Vouloir trouver refuge là-bas… c’est une forme de suicide, surtout pour un Occidental.

Deuxième problème : méfiez vous des visas… Clairement ces derniers se complexifient/raréfient… C’est un mouvement de fond, global.

Pour de nombreux pays, la fête est déjà finie…

Le Vietnam par exemple a considérablement réduit le jeu avec les visas de type Business (qui étaient pour la plupart fake comme vous le dites). La Thaïlande ne cesse de rendre plus difficile l’obtention des visas longs (retraite, mariage, travail etc.).

Merci tonton pour votre témoignage et au docteur pour ses commentaires argumentés.
Je comprends que tonton a juste fait un passage en Egypte et n’a pas l’intention de perdurer.

Merci beaucoup pour vos conseils à propos des visas. J’en étais resté à être bienvenu en tant qu’occidental aisé et ne savais pas que c’était devenu un obstacle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *