Categories
Asie Mutants

Duracell : le mutant du Sri Lanka dure vraiment plus longtemps

C’est prouvé. Le mutant du Sri Lanka a vraiment une sale gueule.

Merci à une lectrice pour le tuyau. Une news totalement hénaurme et qui illustre ce que j’ai appelé le bal des mutants.

Cette nouvelle est publiée par la presse belge. Il convient donc de rester excessivement prudent selon la formule consacrée. 😉

Un nouveau variant plus virulent détecté au Sri Lanka : “Les gouttelettes peuvent rester en suspension dans l’air pendant près d’une heure

“Cette variante du coronavirus est plus hautement transmissible que toutes celles trouvées jusqu’à présent sur l’île. Le nouveau variant est aéroporté, les gouttelettes peuvent rester en suspension dans l’air pendant près d’une heure”, a déclaré Neelika Malavige, immunologiste à l’université de Sri Jayawardenapura.

C’est la première fois qu’on ose le coup des goutelettes… Comment font-elles pour rester plus longtemps dans l’air ? Elles battent leurs petites ailes, avec leurs petits muscles ?

La Tanzanie et les 34 mutations seront-elles enfoncées ? L’avenir le dira.

Mais en tout état de cause, la terrible pandémie se développe au Sri Lanka :

Le Sri Lanka, comme beaucoup d’autres pays, connaît une forte augmentation du nombre de cas de coronavirus. Selon le directeur général des services de santé du pays, le Dr Asela Gunawardena, les jeunes sont désormais plus susceptibles de développer une forme grave et les patients présentent plus de difficultés respiratoires, nécessitant une admission en soins intensifs et de l’oxygène.

Comme en Inde la situation doit donc être apocalyptique dans cette île d’Asie du sud (21,8 millions d’habitants).

Vérifions les numéros (comme au Loto) grâce à Worldometer.

Sri Lanka : 30 covimorts par million d’habitants

France : 1 573

Comment dit-on “C’est bon de rire” en cingalais ?

ඔයාට කෙලවන්න

Covidemence.com c’est aussi cela : la culture.

Categories
Asie Pays

Laos : la capitale confinée

Le Laos a la particularité d’être totalement invisible… et silencieux. Il ne se passe jamais rien dans ce pays.

C’est pour cette raison que lorsque une news sort, je me jette desssus. 😉

La “vague” thaïlandaise déborde (nous en sommes à ce jour à 121 morts depuis un an…) et a passé la frontière.

La capitale Vientiane vient d’être confinée. Jusqu’au 5 mai.

Laos locked down its capital and closed its international borders to most traffic Thursday after identifying a COVID-19 cluster connected to its bigger neighbor Thailand.

Residents of the capital Vientiane are barred from leaving the city and outsiders must get permission to enter. Its international borders were closed except to trucks carrying goods and in cases allowed by the nation’s COVID-19 taskforce, state news agency KPL reported. (source AP)

Il s’agit donc de 28 cas… Explosant le total national à … 88. 😉 Pour un pays de 7,5 millions d’habitants…

The report said they were ordered after 28 new COVID-19 cases were confirmed Wednesday, bringing the country’s total to 88. The total population of Laos is about 7.5 million, including about 700,000 in Vientiane.

Les habitants ne sont autorisés à sortir que pour se ravitailler ou aller à l’hôpital.

La capitale fut confinée… du 1er au 19 avril l’année dernière… lorsque 9 cas (neuf) avaient été découverts…

Bref… Je n’ai de cesse de le dire, la covidémence est très active en Asie du Sud-Est, et même encore plus profonde, contrairement à ceux qui pensent que seul l’Occident est affecté.

En réalité, c’est bien un phénomène mondial, exploité partout, avec de très nombreuses arrière-pensées et objectifs locaux, régionaux etc.

Toute l’Asie de facto suit le modèle chinois : c’est-à-dire “Zéro Covid”.

Ce qui faisait sens il y a un an, la fermeture brutale et rapide des frontières (exemple le Vietnam)… devient de plus en plus aberrant, à mesure que les mois passent…

Confiner une capitale de 700 000 habitants et fermer les frontières pour… 28 cas, d’une maladie qui tue une infime fraction des infectés… on mesure le délire, ou le vice, des pays asiatiques.

Car là encore, plus le temps passe, plus l’explication de la stupidité, de la folie collective voire même de la peur face à un virus inconnu… perd de sa pertinence.

Le couillonavirus est politique. Rien d’autre.

Categories
Asie Pays Saloperie et sida mental

Psyop en Thaïlande : l’épuisement des personnels de santé

La Thaïlande est confrontée officiellement à une… “4ème vague“.

De nouvelles restrictions viennent d’être annoncées (lire mon article ici)…

Cette “4ème vague” -alors que personne n’a vu les trois premières- se caractérise actuellement par 28 personnes en réanimation et 128 dans un état grave… Au total, toutes ces “vagues” ont tué… 99 personnes. Depuis le début du cirque, en janvier 2020…

Et le tout pour un pays qui compte 70 millions d’habitants…

Et toujours, le travail de sape des médias, leur petite musique de fond… identique depuis 15 mois : grossir la menace, travestir la réalité, mentir, mettre en scène.

Partout.

De Paris à Londres, à New-York, Los Angeles, à Manille, en passant par Pékin, Bangkok, Tunis, Madrid, Rome etc.

Voici un tweet publié par le Bangkok Post qui est le premier quotidien anglophone du pays.

Traduction :

Alors que de nombreux vacanciers profitent de Songkran [nouvel-an thaï], les personnels de santé à Nakon Ratchasima [province à l’est, Isaan] et dans d’autres provinces luttent pour nous protéger contre le Covid-19 avec peu de temps pour se reposer

Avec 4 photos pour illustrer l’épuisement des guerriers du Covid.

Ce thème de l'”épuisement” des personnels en “première ligne” dans la guerre contre la terrible pandémie… est constant. Un classique.

Il est joué, surjoué en permanence, partout. Et se révèle, comme d’autres covithèmes, le plupart du temps totalement bidonné.

Etudions, pardon décodons selon la terminologie 2.0, trois des photos soigneusement sélectionnées par le Bangkok Post.

La pauvre infirmière, foudroyée de fatigue, dort la tête sur son bureau… Mais elle tient toujours son stylo !

Le sens du devoir même dans les bras -armés- de Morphée.

Et elle porte toujours son masque, la bouche et le nez écrasés contre le bureau… Idéal pour respirer pendant un sommeil profond.

Tout le monde sait que dormir contre une chaise… roulante c’est beaucoup plus rigolo. Et permet de bénéficier d’un sommeil beaucoup plus réparateur.

Là encore, l’épuisement provoqué par la guerre contre le Covid rend la pauvre nurse insensible à la douleur de dormir la tête… contre le coin de la table.

Les Hindous marchent sur des braises. Les guerriers du Covid se défoncent le crâne sur des coins de table.

Bref… le gag est complet, le foutage de gueule incandescent. 😉

Et c’est publié par un quotidien très sérieux (distribué à 110 000 exemplaires).

Lien : www.bangkokpost.com