Categories
Saloperie et sida mental

Après mûre réflexion… le mutant anglais n’est pas plus dangereux

Mutant foireux, survendu par les covidéments. Il a certes une sale gueule, mais il est doux comme un agneau.

A chaque fois, la même méthode est employée. Ca devient risible.

-On balance un truc horrifique (“les mutants arrivent !”)

-On fait des hypothèses dessus (“ils semblent plus dangereux. On va tous mourir.”)

-On laisse mijoter dans les médias, les gouvernements en profitent pour rajouter une couche de covidémence en se basant sur ces hypothèses.

Encore une fois, à part l’existence (réelle) de ces mutants (le couillonavirus a déjà produit des milliers de mutants, c’est naturel)… il n’y a aucune donnée pour étayer ces affirmations.

Puis quelques semaines, mois plus tard… on commence à dire “ah ben non finalement, non, nous ne sommes pas sûrs… Euh en fait non. Prout”.

C’est exactement ce qui vient de se passer avec le désormais célèbre “mutant anglais” (souche du Kent, dite encore B117).

Tout ests grossi, survendu.

Is the Kent variant REALLY deadlier than original Covid strains? Symptom-tracking study claims mutated virus does not alter symptoms, severity or duration of illness

King’s College London scientists say there was ‘no difference’ between regions
This suggests that the Kent variant is not triggering more severe symptoms (source DailyMail)

La saleté covidémente Patrick Vallance, conseiller scientifique du gouvernement anglais (mélange de Salomon et de Delfraissy avec un zeste de Vérandouille, je ne sais pas si vous imaginez le cauchemar), n’avait pas hésité à foncer dedans et à mentir de manière éhontée, début janvier.

Sir Patrick said that data suggested the new variant could kill 13 or 14 of every 1,000 men over the age of 60 who caught it, compared to 10 in 1,000 of the old variant.

4 replies on “Après mûre réflexion… le mutant anglais n’est pas plus dangereux”

Les gens s’ enquiquinent après 75 ans de paix, les vieux arrivent au bout de leur vie et se disent que contrairement à leurs parents ils n’ auront pas de beaux souvenirs de guerre à raconter à leurs petits enfants… Avec l’ épidémie il y avait un truc spécial qui leur arrivait enfin à eux aussi, alors quand vous essayez d’ expliquer que ça n’est pas la fin du monde vous êtes un emmerdeur!
Ca n’ est pas pour rien qu’ on appelle les sceptiques des rassuristes, beaucoup de gens ne veulent surtout pas être rassurés ! Rajoutez à ça le vieux fond de culpabilité des occidentaux ( tout est de notre faute, c’ est l’ ultra libéralisme, on détruit le monde + les débilités sur le “monde d après” etc..) et le sentiment de supériorité qui va avec ( Nous au moins on se rend compte de la catastrophe qui vient et dont Nous sommes responsables..) Pas étonnant de voir cette forme de haine qui déferle sur celui qui met à mal le scénario..

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *