Categories
Chiffres

Le décor change : des morts aux nouveaux cas

Les décès par jour, du 17 mars au 2 août. J’ai peur. Zut. Je vais devoir utiliser Omo Machine pour laver mon slip en soie sauvage. Pour l’utiliser ensuite comme masque… (source)

Je sais c’est dur. Mémoire poisson rouge. Mais faites un effort. Mars, avril. Confinement. Autorisation de sortie. On vous terrorisait avec les covimorts, n’est-ce-pas ?

Salomon, le Directeur général de la santé (la taule ? oui pépère tu finiras par y aller) égrenait les chiffres macabres, chaque soir à 19h30.

600 morts les bons jours (à l’hôpital). Ah c’était le bon vieux temps !

Ca y est ça vous revient ?

Fast forward 3 mois.

On ne parle plus des “morts“, pour une raison très simple, il n’y en a plus.

En tout cas pas assez pour vous foutre la pétoche (11 décès le 30 juillet).

Vous imaginez Salomon, à la télé, chaque soir : “la pandémie est terrible. Hier nous avons perdu…. 11 malades“.

Grotesque.

Ils ont donc changé le narrative. Désormais, on vous assomme avec les “nouveaux cas“.

Des milliers, des dizaines de milliers. Des millioooooooooons. Un tsunami (la vague, toujours, n’oubliez pas) de nouveaux cas qui vont emporter la planète.

Des nombres si élevés, ça doit forcément être grave, n’est-ce pas Madame Langlois ?

Non. Tous jeunes. La plupart asymptomatiques. Même pas le nez qui coule.

Caramba, encore raté.

Categories
Chiffres

Décès : quand ça veut pas…

… Ca veut pas.

Les mises à jour de l’INSEE se suivent (ici celle du 31/07), et se ressemblent. Et à chaque fois : “caramba encore raté” !

Le nombre de décès toute cause est TOUJOURS INFERIEUR depuis le 1er mai… comparé à 2019 et 2018.

Alors que nous sommes censés être toujours dans la “pandémie“, avec force “seconde vague“, forte hausse des “nouveaux cas“, etc.

Et pour un virus serialkiller ça la fout plutôt mal. Véran le Verrat, que se passe-t-il ? Tu as des vapeurs ? Tu as oublié ton masque… de plongée ?

Entre le 1er mai et le 20 juillet, 123.104 décès ont ainsi été enregistrés sur le territoire, soit 3% de moins qu’en 2019 et 1% de moins qu’en 2018, selon des chiffres encore provisoires, basés sur l’état-civil et ne détaillant donc pas les causes des décès.

(source Le Figaro)
“Oh c’est déjà fini ? Y’a plus des cadavres partout, dans les couloirs, dans les rues ? L’apocalypse est partie à la plage ? En vacances ?

Profitons de cette mise à jour pour répéter que la présentation de l’Insee est fondamentalement malhonnête.

Il est en effet aberrant de commencer la comparaison annuelle au 1er mars… évitant ainsi soigneusement la surmortalité des grippes saisonnières de 2019 et 2018… (j’ai parlé de ce problème dans l’article sur les nombres)

C’est une manipulation délibérée destinée à grossir la “surmortalité” du couillonavirus entre fin mars et fin avril, destinée à frapper les esprits avec un lourd bilan.

Categories
Chiffres

R0 = zéro la tête à toto

Samedi 25 juillet de l’an de grâce 2020, je regarde BFM TV. Je connais les risques pris. J’assume la pollution mentale. J’effectue un travail de veille (sanitaire). Il faudra une bonne session de yoga péruvien, suivie d’une choucroute arrosé de Riesling, pour récupérer de l’épreuve.

Et là, subitement, l’insert fatal. Le truc qui te fait vibrer la peau et les testicules.

“J’augmente, tu augmentes, il augmente, nous te chions dessus.”

“Liliane ! Fais les valises ! Le R0 est passé à 1,3 ! On est foutus ! N’oublie pas les merguez dans le freezer et la caisse du chat !”

BFM perd ses boulons. Et toi, le peu de bon sens que tu conservais précieusement pour le prochain anniversaire de Liliane (ta femme).

Revenons sur le globe terrestre. Le fameux “R0” c’est du caca dans un bas de merde.

Sa définition ?

C’est le Taux de reproduction du virus. Soit le “nombre moyen de cas secondaires provoqués par une seule personne infectée”.

Ce taux est le résultat d’un bordello pseudo scientifique composé de 3 facteurs :
-“le risque de contracter le virus lors d’un contact”

-“le nombre de contacts sur une unité de temps”

-“le nombre de jours où une personne infectée est contagieuse”.

Si le dernier facteur peut être déterminé de manière assez précise… Les 2 autres sont totalement fantaisistes, a fortiori à une échelle nationale (pays de 68 millions d’habitants et de 643 000 km2).

Et allez donc déterminer le “risque”, entre un black diabétique de 65 ans qui voyage dans une rame du REB B un vendredi matin, serré comme une sardine… avec un enfant de 11 ans qui court seul sur une plage normande, battue par les vents marins ?

Allô ? Y’a quelqu’un ?

Et le nombre de contacts par unité de temps ?

Quant à en faire un indicateur… de portée nationale….

Bref, c’est tout bonnement invraisemblable de bêtise et de malhonnêteté.

Et malgré cela, les médias continuent de dérouler la feuille route, même des mois après le début de la “pandémie”.

Les petits mandarins, membres de l’appareil de propagande, continuent de prendre l’air inspiré et grave pour débiter ce fameux “R0”, des sornettes qui n’ont aucun sens dans un cadre national.

Le même jour, autre insert fatal.

“Chérie ! C’est multiplié par 3 !!! Quoi ? La taille de ta queue ?”

Enième preuve de ce travail de sape, de mensonge, quotidien par les médias.

La situation est “inquiétante”. Si, si.

Et là, une donnée hallucinante. Le taux d’incidence (c’est à dire le nombre de nouveaux cas) passe de 1,1 en juin à 4,1 en juillet.

On est foutus.

Il y a avait donc 1,1 nouveaux cas début juin pour 100 000 habitants ( a priori 15-44 ans)… Et on est passé à 4,1 pour 100 000 mi-juillet.

La population de l’Aquitaine s’élève à 3,33 millions… Donc 36 cas versus 136 cas…

Les ordres de grandeur montrent que nous sommes dans… le rien statistique. Le néant, aussi bien début juin qu’en juillet (y compris en zoomant sur les 15-44 ans).

En outre, ces “cas” sont des… tests positifs.

Les 15-44 ans NE SONT PAS AFFECTES PAR LE VIRUS. Ils sont donc infectés, certes, mais l’écrasante majorité des 4,1 pour 100 000 ne sentiront rien… Même pas un rhume. Alors pourquoi zoomer sur cette tranche de la population ?

Pas de mise en perspective. Juste la sidération des “chiffres”…. 4,1 versus 1,1.