Categories
Asie Pays Saloperie et sida mental Vaccinocircus

Thaïlande : vaccination obligatoire dans une province

Bonne vieille tactique thaïlandaise : le saucissonnage régional…

Une première province, sur 77 au total, le Buriram (nord-est), vient de déclarer la vaccination couillonavirale obligatoire pour les “personnes à risques” (source Bangkok Post).

Ordre du gouverneur.

Le principe ? Tous les individus de plus de 18 ans qui vivent ou travaillent dans le Buriram doivent s’enregistrer en ligne afin d’évaluer leurs “risques” (ou alors avec le chef Santé de leur village, car à la campagne les personnes âgées n’utilisent pas Internet)…

Ensuite, les autorités détermineront qui est à “risques“… et fixeront les dates et heures pour les vaccinations.

En cas de refus : amende et peine de prison.

C’est donc doublement à gerber. Car il y a bel et bien un fichage de la population, une procédure totalement arbitraire (qui sera “à risques” ?) et enfin des peines en cas de refus.

Rappelons que même la Chine n’ose pas faire cela… 😉

On mesure ainsi le degré de covidémence et de virtue signalling des autorités thaïlandaises…

Une province sur 77, ça ne casse pas des briques. Hélas, selon le principe de la course à l’échalotte… d’autres gouverneurs devraient suivre la décision du Buriram, voire même tenter de faire davantage

Ajoutons un élément plus politique : le Buriram n’est pas n’importe quelle province…

Elle est gouvernée par une clique qui est la clé de la “coalition” militaire qui gouverne le pays depuis le putsch de 2014 et les élections.

Il y a donc bel et bien un message politique derrière cette décision. Il est à craindre qu’elle soit au mieux partagée, au pire téléguidée par les radicaux du gouvernement central à Bangkok.

Alors vous allez me dire : doc’, tu es cuit. Tu vas passer à la casserole ! Tu vas l’avoir ton injection. 😉

Sauf que…. Joker.

Car tout s’achète au Royaume de Siam. Y compris des certificats vaccinaux…

Bref, si la situation dégénère vraiment, j’achèterais un médecin, littéralement, qui enregistrera le numéro de série du vaccin… et balancera le flacon aux toilettes (voire même revendra le flacon au marché noir, double bénéfice). 😉

Tout sera fait dans le calme, et surtout dans le respect de la “face” des protagonistes.

Ainsi il ne s’agira absolument pas de corruption… Je dirais simplement que la vaccination est contre ma religion (le Dudeisme), et qu’il est donc préférable de faire “don” de ma dose à quelqu’un d’autre, mais pour éviter toute difficulté il vaudrait mieux enregistrer les informations telles quelles, et le médecin recevra un dédomagement pour son surcroît de travail. etc.

Plus ce sera mielleux, avec des salamalecs et des wais et des “khraps”… mieux ce sera.

Et une enveloppe de cash achèvera le process.

Bref, l’Asie peut être férocement dogmatique. Mais en même temps, terriblement pragmatique.

4 replies on “Thaïlande : vaccination obligatoire dans une province”

“Bref, si la situation dégénère vraiment, j’achèterais un médecin”
Mais?Mais..?Mais?
C’est interdit?C’est complètement ILLEGAL!!!!!!!Quelle honte!

Oui. 😉 Mais sans la honte.

Dans ces situations, je ressors toujours l’article 35 de la Constitution de 1793.

Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Quand les mots avaient encore un sens. Un puissant sens…

Heureusement, la convention européenne des droits de l’homme remets les choses en place :

Art 2. La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de
cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force
rendu absolument nécessaire :
a) pour assurer la défense de toute personne contre la
violence illégale ;
b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher
l’évasion d’une personne régulièrement détenue ;
c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une
insurrection.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *