Categories
Résistance Vrac

Temps et virus : le problème des 2 pilules rouges

Morpheus s’est planté. Il y a 2 pilules rouges.

Deux ans.

Ceux qui me lisent depuis le 20 juillet 2020 connaissent mon mantra : chaque jour qui passe affaiblit les explications couillonavirales classiques (“ils font des erreurs“, “on n’a pas assez de données” etc.) ainsi que les explications subsidiaires, aussi aberrante (“c’est pour enrichir Big Pharma” etc.).

Plus ça dure, plus la covidémence révèle mécaniquement sa nature extraordinaire.

Pourtant, le virus ne semble pas être à la hauteur, ce n’est pas Ebola.

Conclusion : la covidémence est bel et bien une conspiration.

J’ai proposé dès le début une pilule rouge (psyop organisée par la Chine afin d’affaiblir l’Occident, dans un monde sous contraintes en terme de ressources).

Mais il y a un problème.

Car plus ça dure, plus cela renforce aussi l’angle “arme biologique” de la covidémence et donc… la dangerosité du virus.

Les 2 sont liés. Car une arme biologique est forcément dangereuse… Qui s’amuserait à fabriquer un “rhume” et à le déployer sur la planète ? Ou alors… pour provoquer une “vaccination” qui elle serait l’arme ? 😉

On revient en quelque sorte au point de départ.

Discours typique : “Deux ans que ça dure, tous les gouvernements de la planète continuent d’agir comme si le virus était hyper dangereux… donc il est hyper dangereux, ils nous cachent le fait qu’il s’agit d’une arme biologique”.

Autre version : “Deux ans que ça dure, tous les gouvernements de la planète font tout pour nous vacciner alors que la maladie est peu dangereuse, donc cela cache quelque chose de terrible : c’est une arme biologique à effet retardé”.

On dispose désormais d’une importante littérature quant aux effets du virus : les poumons, le système immunitaire qui s’emballe, les problèmes vasculaires, les caillots sanguins etc.

Le virus a plusieurs moyens/voies pour abîmer/détruire l’organisme (déjà affaibli, un point à ne jamais oublier).

Il ne tue que des gens… déjà morts (en gros).

En revanche, personne ne se retrouve en réanimation avec les poumons fondus, plusieurs mois après avoir été infecté.

Tout le monde sera d’accord sur ce point.

Mais quid des effets neurologiques ?

Car enfin, ce virus a une particularité… il peut s’attaquer au cerveau.

On pense bien entendu aux symptômes immédiats : la perte du goût et de l’odorat

La science est comme un enfant en bas âge face au cerveau… On accumule des connaissances mais à une échelle toujours réduite face à sa complexité.

Dès lors, une question surgit : le Covid pourrait-il, en tant qu’arme biologique, avoir des effets long terme sur le cerveau ?

Voilà la deuxième pilule rouge.

D’où mon titre.

Résumons :

-c’est désormais évident le Covid est bien une situation du type “pilule rouge/pilule bleue”… entre ceux qui réfléchissent et les covidéments neuneus qui gobent le spectacle.

-mais, le problème se complexifie… car nous pouvons avoir 2 pilules rouges.

Laquelle choisir ?

😉

Personnellement, je rejette la deuxième, je tente simplement de comprendre le fonctionnement des covidéments, voire de l’anticiper.

La problématique de la durée, de l’obstination ahurissante, extraordinaire au sens propre, des gouvernements du monde entier… sont des arguments que les covidéments peuvent retourner en quelque sorte, pour justifier et renforcer encore davantage leur comportement.

Car n’oublions pas que le premier symptôme du couillonavirus est… la paranoïa.

One pill makes you larger
And one pill makes you small
And the ones that mother gives you
Don’t do anything at all

Go ask Alice
When she’s ten feet tall
And if you go chasing rabbits
And you know you’re going to fall

(Jefferson Airplane – White Rabbit)

18 replies on “Temps et virus : le problème des 2 pilules rouges”

C’est fâcheux.

Ok essayons autrement :

-plus le temps passe, plus la covidémence se révèle conspiration, okay ? Le coup des erreurs, des “on savait pas”, des “pas assez de données”, c’était jouable pendant quelques mois. Deux ans après, ça ne tient plus.
C’est notre camp, les covirésistants.

-mais plus le temps passe, plus la covidémence peut se renforcer sous l’angle : “ca fait 2 ans que ça dure, ça cache vraiment quelque chose, ce n’est pas normal, on nous ment, donc c’est une arme biologique terrible, on va de nouveau tous mourir”.

Mon propos : le temps qui passe est notre argument principal au fond… mais il peut aussi devenir l’argument principal des covidéments !

Cela peut renforcer leur paranoïa.

Je reformule : tout ce bordel depuis 2 ans pour un virus qui est un gros rhume ? (fait observé)

-> inférence logique : “Ca cloche… si ça se trouve le virus agit à long terme, c’est une arme biologique qui va nous ravager le cerveau dans quelques années, façon vache folle, d’où l’obsession des gouvernements du monde entier pour lutter contre, le Zéro Covid, et les vaccinations de masse obstinées, mais ils n’osent pas nous le dire, d’où leurs mensonges” etc.

Est-ce plus clair ?

La covidémence peut nous faire une prise de judo mentale, et utiliser nos propres arguments pour se renforcer.

Merci. Là je comprends.
C’est un raisonnement assez complexe mais qui se tient.
Un piège à éviter pour ceux dont le temps covidément finirait par user la résistance.
En effet il y a un stress à répétition qui est inlassablement mis en place; récemment la nouvelle communication se fait de plus en plus intense sur le sous-variant BA.2 et gagne partout sur les antennes.
Alors merci; un homme averti en vaut deux.

Néanmoins quel serait l’objectif caché de cette nouvelle “prise de judo mentale” puisque dans les faits déjà quasi 90 % des adultes sont vaccinés (de gré ou de force) dans les pays occidentaux.

Serait-ce juste pour achever de convaincre les 10% restants non vax ?
Ou alors faire adhérer toute la population aux bienfaits et à la logique de la covidémence ?

Ou bien cultiver l’anxiété, le stress, le désespoir et par usure faire renoncer les derniers résistants de manière à n’avoir plus qu’une population d’assujettis complets totalement convaincus, maîtrisables et maitrisés ?
Une manière soft (sans les éliminer physiquement comme avant) de neutraliser les derniers ennemis de la covidémence ?

Mais pourquoi chercher l’unanimité sachant qu’il est nécessaire de garder un petit groupe de bouc émissaire ?

S’il y nécessité à supprimer toute “opposition” Je ne vois qu’une raison et qui n’est pas plaisante: supprimer le groupe témoin des non vaccinés.

L’objectif premier de la covidémence, comme un virus (!), est bien de se perpétuer.

En clair : de durer.

D’où le cirque des variants. Et en effet, on commence à entendre la petite musique au sujet du “cousin” d’Omicron.

Ce qui permet à cette ordure de Delfraissy de recommencer à nous casser les couilles : “Le BA.2 est «un petit-cousin d’Omicron. Pourquoi est-il plus transmissible ? Je ne sais pas. Quel est son niveau de gravité ? (…) Je ne sais pas. (…) Il est déjà en France et serait en train de devenir majoritaire en Inde»

Quant à l’enculé Véran, lui aussi, il reprend du service : “«On pourrait se recontaminer au BA.2» après une infection au variant Omicron, affirme Olivier Véran

Bref, ce sont les mêmes techniques depuis la fin 2020 !

“Nouveau variant… pourrait… serait… on ne sait pas… peut-être… rester vigilants… ne pas baisser la garde”

Rincez, répétez.

“Mais pourquoi chercher l’unanimité sachant qu’il est nécessaire de garder un petit groupe de bouc émissaire ?”

C’est une question intéressante qui contient sa réponse.
Ils ont besoin de nous donc ne cherchent surtout pas les 100%, donc le vaccin n’est pas un but en soi.
Le covid amène la vaccination, la vaccination amène le passe, passe qui amène au contrôle.
Ce nouvel ordre sépare naturellement le bon grain (les hypnotisés) de l’ivraie (les résistants au conditionnement).
Ceux laissés de côté se soigneront moins ou plus du tout, mourront plus tôt, ne resteront que ceux qui acceptent le contrôle.
Si notre génération ne reprend pas son destin en main, la suivante ne pourra pas se rappeler de libertés qu’elle n’a pas connues.

Dire que le virus n’est qu’un rhume est une grosse boutade pour ne pas dire autre chose
Il n’y a pas que des vieux, des gros et des presque morts qui meurent !!

Eh si.
Vieux malades, obèses.

Rajoutez quelques “anomalies”, des types avec des gènes dans les chaussettes. C’est tout.

Et c’est ainsi DEPUIS LE DEBUT, dans TOUS LES PAYS, et ça n’a pas changé malgré les gazillons de variants.

2 ans de propagande ne change rien à l’affaire, vos “perceptions/compréhensions” sont faussses.

Vérifiez les données.

La covidémence c’est aussi cela : une bonne lampée de LSD ! Et en avant dans le terrier du lapin blanc géant déguisé (j’allais écrire “travesti”, grand fou !) en Alice !

La deuxième pilule c’est un peu le deuxième effet kiss cool, plus dangereux mais moins sévère, plus insidieux et plus profond

D’où le nouveau test

En passant vite fait…
C’est un plan pour nous numériser, nous l’aurions jamais accepté sans un “gros” truc, la numérisation permet un contrôle totale de tout, le virus n’est rien ( peu être même pas réel, les maladie sont des crises de nettoyage de l’organisme et les injection augmente la toxémie… ) par contre le vacc avec le passe vaccaca et bien réel, cherchez bill ga… Rentrez dans son terrier et vous verrais les grands dirigeants de ce monde de bargeots….
Je m’égare, pardon, vite je part gagner mon droit de vivre…
Bien à vous.
Vinvent

Pas besoin d’arme biologique pour ravager le cerveau des occidentaux.

Le socialisme, TikTok et autres merdias sociaux ont très bien fait le travail.
L’occident c’est idiocratie

Je reste sur la version de base à coups de simples Chinoiseries.

Il faut attaquer sous l’angle “prouvez-nous que le virus existe”, car les covidéments en sont incapables.

Alors que nous on a le preuves implacables que le covid a littéralement remplacé intégralement la grippe (visibles dans les courbes) et probablement quelques autres pathologies pour faire croire à son existence.

Et deuxièmement, les chiffres partout dans le monde n’indiquent aucune surmortalité particulière (y compris en France, 2020 étant une des meilleures années de toute l’histoire en termes de mortalité) et l’éventuelle surmortalité résiduelle visible peut s’expliquer par les changements de protocole. Mais par exemple au RU le chiffre de morts du covid a été révisé à 17000 environ à la place des plus de 100.000 qu’ils disaient avant, à la demande de Nigel Farage, selon Nicole Delépine (j’ai pas vérifié).
Par contre bien évidemment depuis la vaccination on observe des surmortalités anormales sur les classes d’âge jeunes mais qui se diluent dans une mortalité globale qui la rend donc difficilement visible si on ne regarde que la mortalité globale.

Au total : je me permets (et on peut se permettre) de continuer d’affirmer que le covid n’existe pas ailleurs que dans les médias. Il n’y a aucun nouveau virus (et c’est prouvable scientifiquement mais trop long à raconter par écrit).

Même si on peut être d’accord avec vous… ce type d’argument est parfaitement stérile.

“Le virus n’existe pas”.

Et pourtant, depuis 2 ans le virus “existe”. Le spectacle l’affirme, et nous vivons dans le spectacle.

Le spectacle rend réel le virus.

C’est là dessus que nous devons travailler (comprendre pourquoi, comment, les objectifs etc.).

Depuis 3 mois tous mes voisins ont rencontré le sieur covid (vaccinés ou pas!). Donc le réel est visible quelque soit le mode de pensée. Dans le lot il y a des gens qui ne sortent jamais depuis 2 ans ! Il y a aussi des familles où 1 seul en a pris une bonne dose et ne s’en remet pas bien après 6 mois ! Bref sur 30 adresses proches il n’y a plus personne qui doute de la réalité de cette super grippe. 1 seul mort au tableau mais il était dialysé et âgé de 89 ans .
L’affaire se complique quand on aborde les effets secondaires des injections ARN. Dès la 1ère dose mon voisin s’est payé 2 jours de coma et marche maintenant avec un déambulateur (60 balais au compteur!!!!). Par ci par là on apprend que la dose 3 se passe mal avec des paralysies , démangeaisons , sensations de brulures etc etc.
Et pour finir le record de 2 covid en 1 an 1/2 pour ma voisine célibataire qui passe son temps à visiter les malades (ce n’est pas une blague!).
Moi antivax j’ai rencontré le sieur covid en rigolant mais gardé une grosse fatigue pendant plusieurs semaine.
Le glaçage du cerveau et l’accrochage de la bête dans les poumons sont les 2 constantes qui apparaissent auprès des témoins proches.
Pour le reste chacun a ses variantes de symptomes .

Salut tout le monde
D’abord un truc à surveillé… Le nombre de pilote mort soudainement à explosé aux states. Par contre personne ne parle des effets secondaires qui pourraient se produire à 20 000 pieds…
https://voxday.net/2022/01/22/stay-out-of-the-skies/

Après sur l’article, il y a tellement de variables que à notre niveau nous ne pouvons savoir. Après comme le taré du forum de davos a dit c’était une opportunité pour eux à saisir, donc du coup cela voudrait dire que rien n’a été planifié…

C’est vrai que nous ne connaissons pas les effets à long termes du virus, et qu’il pourrait endommager le cerveau. Trop de test nasaux affaiblit la paroi nasal et pourrait affecter le cerveau, ai je lut quelque part. C’est peu être pourquoi il veulent passer aux tests anal :):):):).

Soit nous avons raison et l’élite doit nous craindre.
Soit nous avons tord et l’élite doit bien rigoler de notre naïveté.
Ce que je veux dire il faut rester bien éveillé (woke in english) ne pas penser que nous avons raison.
Je vous remercie doc pour cet excellent article.

Bonjour Docteur,

Pendant longtemps, j’ai adopté la position “ce virus n’est qu’un gros rhume”, mais je commence à mettre de l’eau dans mon vin, car de ce que je vois dans mon entourage, il semblerait il y avoir dans certains cas des conséquences durable sur la disponibilité cérébrale.

Même si on se dit qu’avec TikTok etc, on a pas besoin de virus artificiel pour rendre les gens plus cons, je pense qu’il ne faut pas balayer trop vite cette hypothèse de guerre biologique. Si on regarde les évènements sous cet aspect, on peut éventuellement mieux comprendre pourquoi chaque bloc tient à utiliser son propre vaccin. On peut aussi comprendre la volonté du zéro covid dans certaine région du monde.

Après, qu’est-ce qui est le plus délétère pour notre équilibre psychique entre le virus et le fait de vivre dans un monde dans lequel (la recherche de) la vérité est devenue transgressive ?

Le virus est à la base une arme biologique créé par des chinois sponsorisés par les américains. Le truc sort trop tôt, pas fini. Pas aussi méchant qu’on voulait. Alors on en fait une opportunité pour tester cette nouvelle technologie prometteuse, l’ARNm et se gaver au passage tout en se dédouanant des effets secondaires. Quant au pass vaccinal, c’était dans les tuyaux depuis un moment, l’occasion est trop belle de l’appliquer dans le but ultime de le transformer en crédit social à la chinoise / identité numérique / fin de l’argent liquide / contrôle des populations. Et en attentant de trouver d’autres critères pour évaluer les citoyens, on nous sort des variants toutes les 5 mns pour pousser à la piquouse sans quoi le pass n’a plus de raison d’exister. Enfin, ce qui différencie les pays dans leur gestion de cette pseudo pandémie relève du niveau de corruption de leurs dirigeants et de la résistance de leur population.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *