Categories
Asie Pays Saloperie et sida mental

OMS : la Chine continue de refuser l’accès à Wuhan

“C’est si bon de se foutre de votre gueule”. Xi Jinping, apprenti maître du monde.

La Chine se moque du monde entier depuis le début de la crise couillonavirale. Et elle ajoute cette touche de foutage de gueule, si caractéristique des coupables qui pissent à la raie de leurs victimes.

Pékin pendant des mois a refusé que toute équipe de l’OMS vienne enquêter dans l’épicentre de la pandémie : Wuhan.

Or ne pas enquêter à Wuhan… c’est renoncer à comprendre une chose fondamentale : l’origine du virus. Et la manière dont le virus a pu muter, apparaître (quel animal par exemple a pu servir d’hôte, pour l’instant, officiellement il n’y a que des hypothèses, vous vous souvenez du fameux et si grotesque “pangolin”).

Ce refus signe déjà le crime.

On peut prendre la question sous tous les angles : refuser c’est dissimuler.

Donc la Chine veut à tout prix cacher quelque chose à Wuhan. Quoi ?

La réponse est évidente pour toute personne dotée encore de quelques neurones, en état de marche et reliés les uns aux autres…

De guerre lasse, Pékin a enfin accepté de recevoir en juillet une “pré-équipe” de l’OMS. Comprendre… 2 experts. Un couple quoi. 😉

C’est sûr que pour une terrible pandémie qui ravage le monde entier depuis 8 mois…. ça fait un peu juste. Et ça fait un peu tard… Vous ne pensez pas ?

Ces 2 experts sont donc venus, n’ont rien vu, n’ont rien vaincu et sont repartis la queue bassse.

Forcément.

Ils sont en effet restés assis pendant 3 semaines en juillet… à Pékin. A exactement 1170 km de Wuhan.

On imagine qu’ils ont eu le temps de visiter les musées de la capitale chinoise et de goûter à la gastronomie locale. Avec un peu de chance, ils ont probablement été autorisés à visiter… Disney World à Shanghai.

Ca c’est un truc à voir… 😉

Bon et pour le couillonavirus, la terrible pandémie qui ravage la planète, tout ça… on fait quoi ?

(source ZeroHedge).

(et n’oubliez pas de lire ma série “A qui profite le crime ? ” , menu du haut)

Categories
Chiffres Pays

Officiel : les chiffres belges étaient bidonnés

Ceci n’est pas un mort du Covid. Par contre, c’est une frite belge.

Angleterre, USA, Belgique… Les chiffres des covidécès sont bidonnés depuis le début. Gonflés à l’hélium.

Oh bien sûr, pas volontairement. Non, ce serait terrible de penser cela. A chaque fois, il s’agit de regrettables “erreurs“. Techniques ou humaines… on ne sait pas vraiment…

Ce que l’on sait en revanche, c’est que c’est toujours dans un seul sens : une surestimation du nombre de morts provoqués par le terrible virus.

La Belgique bidonne allègrement ses chiffres, en pratiquant “une méthode de comptage très large” (lire ici). L’arnaque avait été dévoilée dès le mois d’avril. “En Belgique, tout ce qui est suspect est considéré comme lié au coronavirus.” !

Ce qui fait que ce non-pays dirigé par des guignols européistes cinglés, affiche LE DOUBLE du nombre de morts par million que la France, ou tout autres pays.

Et ces neuneus sont même fiers de cette aberration statistique (en accusant… les autres pays de mentir ! Suprême ironie).

Mais les Belges, comme les autres, sont obligés de venir à Canossa. Peu à peu les langues se délient, la vérité apparaît.

La Belgique, un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie de coronavirus, a rectifié mercredi à la baisse son nombre de morts, en raison d’un mauvais recensement des décès au printemps dans certaines maisons de retraite. Ainsi ce chiffre, qui frôlait depuis quelques jours la barre des 10 000, s’affichait mercredi matin après rectification à 9 878, a précisé l’institut scientifique de santé publique Sciensano.

(source Quotidien)

Ce n’est bien entendu qu’un très modeste début…

PS : attention, quand j’écris “bidonné” cela ne signifie pas que ces morts ne sont pas réels. Heureusement dans nos pays, trafiquer l’état civil n’est pas encore possible… Et on ne peut pas mourir deux fois…

Ce qui est totalement bidonné c’est la cause officielle de ces décès… Attribuée à tord et de manière scandaleuse, dans de très nombreux cas, au couillonavirus. En clair, c’est papy a 95 ans dans son Ehpad, au bout du rouleau, cancer de la prostate, diabétique, et cardiaque. Il éternue et décède ? Coviiiiiiiiiiiiiiiiiiiiid ! L’arnaque est là.

Categories
Asie Pays Saloperie et sida mental

Corée du Sud : c’est foutu, ils replongent

Séoul a étendu dimanche à l’ensemble du territoire sud-coréen les mesures déjà en vigueur dans la région de la capitale, fermant plages, restaurants, bars karaoké et musées et suspendant les rencontres sportives à huis clos.

La Corée du Sud, un des premiers pays touchés au printemps après la Chine, a fait état dimanche de 397 nouveaux cas de coronavirus, la plus forte hausse quotidienne depuis début mars. «La situation est très grave car nous sommes au bord d’une épidémie nationale», a déclaré dimanche le directeur des Centres coréens de contrôle et de prévention des maladies (KCDC), Jung Eun-kyeong.

(source Le Figaro)

Corée du Sud. Population : 51,6 millions

Covicas : 17 660

Covidécès : 309 (oui 309)

Alors que la Corée du Sud fait figure de modèle avec leur approche “pister/isoler” qui lui permet d’afficher un bilan couillonaviral à faire pâlir d’envie tous les Européens si hautains et pourtant si dégénérés… Ils viennent de replonger.

Fermer les plages ? ! Aujourd’hui ? !

C’est stupéfiant.

On retrouve l’essence même de la covidémence dans cette déclaration : “La situation est très grave” !

Pour 397 tests positifs en 24 heures ? Dans un pays de 51 millions d’habitants ? Et en août, alors même nous avons des courbes en cloche pour les cas graves, les décès ?

Partout sur la planète, à quelques exceptions près (Argentine…), les nombres de cas graves et de morts s’effondrent. Y compris les hospitalisations

C’est non seulement incompréhensible, mais c’est surtout… très inquiétant.

Car encore une fois nous ne sommes pas au début de cette pseudo pandémie. Mais dans son huitième mois, avec une foultitude de données à notre disposition.

A part chercher à pourrir la vie de ses concitoyens, comment ce Jung Eun-kyeong peut-il aujourd’hui faire de telles déclarations ? Et en Corée du Sud en plus ?

Qui le paye ? Quels intérêts défend-il ? Pourquoi les dirigeants politiques coréens acceptent cette situation ?

Pourquoi les médias relaient in extenso ces messages, sans jamais chercher à remettre les données en perspective, voire même à les démonter à coups de cric ?