Categories
Pays Saloperie et sida mental Vaccinocircus

Vaccins en Israël : “On ne comprend pas pourquoi les gens ne viennent plus”

“Je suis un scientifique fonctionnaire israélien et moi pas comprendre. Vous pouvez répéter la question ?”

Attendez-vous à un concert de grosses caisses de la Propagandastaffel célèbrant la réussite totale de la campagne de vaccination en Israël.

Aucune surprise ici.

En revanche, ce qui est remarquable est que… la campagne s’est brutalement… arrêtée !

40 % de la population a reçu au moins une dose. Mais depuis… y’a plus. Magique. Gone. Pfuit !

Que se passe t-il nom d’une pipe à crack ?

Les neuneus scientifiques et fonctionnaires israéliens n’en reviennent pas. Ils ne comprennent pas. Ils sont estomaqués même.

The HMOs say they’re baffled and don’t know what to do about it. “We have no explanation for why people are not coming,” medical provider Clalit’s Dganit Barak said on Monday, as TV footage showed Jerusalem’s spacious Arena inoculation center nearly deserted. “We send out messages telling people to come and get vaccinated, but still the response is low.” (source The Times Of Israel)

Allez Emile, fais un effort… Tu as pu vacciner les gogos, les vieux, les malades, les cons et les pétochards… ce qui représente un bon paquet d’individus. Certes.

Mais le reste de la population ne veut pas de ton vaccin inutile.

Et à raison.

Toute personne de moins de 65 ans, en bonne santé, n’a pas un risque Covid. Dès lors pourquoi se faire vacciner ?

Il faut être soit con comme une enclume soit envoûté pour se précipiter et se faire injecter une thérapie génique, sans aucun recul, et alors que c’est parfaitement inutile et que la maladie -si par malchance on la chope vraiment- est bénigne (pour cette population-là).

Mais ça, non, les “scientifiques” et les fonctionnaires en relations d’affaires avec Pfizer ne comprennent pas.

C’est trop compliqué pour leurs 3 neurones encore interconnectés.

Bande de sinistres crétins.

La covidémence va devoir trouver autre chose pour contraindre les gens intelligents.

Ca va être dur…

Ou alors… une étoile… jaune ? Ah… voilà… le fameux passeport vaccinal ! La version 2.0 de l’étoile jaune.

Eh oui. Retour aux bonnes vieilles méthodes… fortes.

On souhaite bon courage à nos amis israéliens intelligents, et heureusement ils sont encore nombreux…

Car rien d’autre ne fonctionnera pour imposer ces vaccins.

Pour vaincre les résistances, les covidéments n’hésiteront pas.

L’idée est en train de germer dans l’esprit malade des politiciens, fonctionnaires et scientifiques covidéments israéliens… Un passeport vaccinal est la version 2.0 de l’étoile jaune. Amis israéliens, réveillez-vous bordel !

21 replies on “Vaccins en Israël : “On ne comprend pas pourquoi les gens ne viennent plus””

Y aurait-il des bruits circulants sur les effets de ces “vaccins”?
40% de la population COVIDinoculée, cela fait du monde, et de l’information doit circuler, qu’ils n’arrivent pas à maitriser.
Effet Buchwald? Allergies? On saura dans quelques mois.
Ce n’est pas bon pour le CA de Pfizer et pour les pots ou fûts de vins, rétrocommissions et autres.

Rien de spécial à signaler. Quant à l’analyse des hospitalisations et des covidécès, ça baisse (mais comme partout, après une flambée).*

Attention toutefois : ça commence à remuer (dans des ehpad chez nous). Mais aussi :
https://www.zerohedge.com/covid-19/german-nursing-home-whistleblower-elderly-dying-after-covid-vaccine

Mais je crois sincèrement qu’une large partie de la population, jeune et saine, ne VEUT PAS s’injecter ces trucs inutiles.

Nous pensons cela ici, aucune raison que les Israéliens pensent tous différemment.

L’idée même que toute la population dans un pays développé, meure d’envie de se faire vacciner contre le couillonavirus, à 100 %, est un mythe covidément colporté par la propagande.

Et c’est bien pour cette raison qu’ils bossent sur… les passeports vaccinaux !

Pour contraindre les récalcitrants.

Personnellement, je suis à fond pour les vaccins. Les vaccins UTILES, c’est-à-dire contre des maladies dangereuses et à hauts risques.

Mais dans le cas présent, c’est totalement inutile. Le Covid est une maladie bénigne pour une très large partie de la population.

Je suis persuadé que de nombreuses personnes partagent cette analyse risques/bénéfices évidente.

Le souci n’est même pas que ce vaccin protège d’une maladie “relativement” bénigne, je me suis même fait vacciné tous les ans contre la grippe sans me poser la question de l’utilité réelle, et surtout parce que mon employeur proposait de le faire sur le lieu de travail, et que “ça ne mangeait pas de pain”.
Je ne le fait plus depuis que j’ai quitté cet employeur, mais c’est plus parce que ça me gonflait d’aller chercher une ordonnance, puis retourner une deuxième fois chez le médecin. Donc par pure fainéantise, plutôt que par opinion.
Ici, on parle d’autre chose: on parle d’une thérapie génique expérimentale qui refuse de dire son nom, développé par des gens à la moralité douteuse, promu par des clowns qui ont montré tout leur pouvoir de nuisance.
On a clairement changé d’univers. Le degré de confiance que je leur accorde est proche du zéro degré Kelvin.
Je refuserai ce vaccin, tant qu’il n’a pas prouvé son efficacité et son innocuité, ce qui pourrait prendre une dizaine d’années. Ce qui m’amènera à 70 ans.
Et pour le reste, je préfère ne pas trop crier avant d’avoir mal…
Comme je suis loin d’être le seul à penser comme ça, je table sur le fait qu’ils n’oseront pas passer au passeport vaccinal. Surtout qu’ils ont déjà pas mal tiré sur la ficelle, et qu’à un moment, elle risque bien de leur claquer à la figure.
Si ça ne vient pas d’une révolte, ça viendra d’une faillite économique: quand les effets commenceront à s’en faire sentir, je pense qu’ils seront suffisamment occupés à tenter de colmater les brèches, plutôt que de se lancer dans un énième bras-de-fer avec la population en introduisant une obligation vaccinale.
On a l’optimisme qu’on peut…

Pierre… l’un ne doit pas exclure l’autre. Au contraire : l’un s’ajoute à l’autre.

A quoi rime votre “ça mange pas de pain” ?

Vous vous injectez un vaccin… inutile parce que “ça ne mange pas de pain”. Mais êtes-vous à risque ?

Ca c’est le premier niveau.

Et ensuite, comme vous le dites, il y a le deuxième niveau : nouvelle technologie SANS AUCUN RECUL long terme et pour cause, factorisé par le fait que cette techno touche au “logiciel du vivant”. En clair : elle n’est pas anodine.

Mais j’insiste : le premier argument pour dire “merde” à tous ces maniaques est l’utilité.

J’ai moins de 65 ans, je n’ai aucun problème de santé (même si je couve mon futur cancer), le virus est donc parfaitement bénin pour moi… ergo ce vaccin est parfaitement inutile.

Et ensuite, je le refuse d’autant plus, en raison de l’inconnu long terme.

Le bon sens commence sur l’utilité réelle.

Comme les antibios, les vaccins doivent être utilisés uniquement en cas de besoins réels (risques réels).

Vous oubliez un autre ressort de la propagande pourtant mis en avant pour justifier toutes les autres mesures depuis le début de cette affaire : la responsabilité, la solidarité. L’argument de l’inutilité tombe : vous vous vaccinerez pour les autres, pour protéger les plus fragiles. L’argument de l’inutilité est traduit en un égoïsme meurtrier. Jouez sur la peur des uns et la culpabilité des autres est le ticket gagnant de la communication officielle. C’est d’ailleurs au nom de la solidarité que sera imposé directement ou indirectement un passeport vaccinal.
Ceci dit, je rejoins Pierre : l’injection est plus dangereuse qu’inutile.

Voyons Docteur, les deux arguments récurrents sont fallacieux : l’utilité pour tous ceux qui ont peur et la solidarité pour ceux qui s’estiment être responsables des plus faibles. Dans la réalité, les uns et les autres se font injectés. Et pour les plus réticents, l’esprit de responsabilité, de solidarité sera le socle de l’obligation vaccinale. C’est déjà le cas légalement pour d’autres situations similaires (obligation vaccinale pour les personnels des ephad par exemple). Ils y ajouteront probablement l’injonction pour les malades (inscrite dans le projet de loi présenté fin 2020).

Oui aux vaccins contre le tétanos, selon les cas, diphtérie, ROR, fièvre jaune…
Un jeune médecin m’avait dit qu’il ne recommandait pas le DPT, inutile. Du coup, j’ai demandé le T.

Le R de circulation d’information semble >1 en ce moment.
Et cela, ils n’aiment pas.

Merci Docteur pour cet article et toutes ces analyses brillantes que vous faites en général dans tous vos articles, que je partage généralement sur mon fessbouque.

Sur Israël, j’avais lu aussi il y a 8/10 jours un article déplorant que le nombre de Pfizerisés dans le troupeau avait baissé de moitié, mais après, il semble que ça ait repris (ils disent par exemple que jeudi dernier il y a eu 147.000 pfizerinoculés), ce qui laisserait penser qu’avec les menaces de passeport vert pour avoir le droit d’aller dans des restaurants, spectacles, piscines,… Ils ont semble-t-il réussi à retrouver un nombre de piqués quotidien équivalent à 1,6% de la population**. Est-ce vrai ?
** Le chiffre de 147.000 inoculations c’est semble-t-il les 2 doses donc ça signifie seulement 73.500 personnes, donc 0,8% de la population. Mais à ce rythme il ne faut que 4 mois pour piquer toute la population !

L’article sur lequel je m’appuie a été publié le 11 février.

La campagne pleurnicheuse Caliméro “les gens ne viennent plus” a peut-être produit un -petit- effet.

Personnellement, je veux croire qu’une majorité, ou disons une très forte minorité de gens… refusent ce vaccin.

On ne le voit pas en France (ou en Europe) tellement la campagne est foireuse, comme tout ce que touchent les fonctionnaires bruxellois.

Mais en Israël, justement parce que la machine a été lancée à toute vitesse… ça se voit, ou va se voir très rapidement.

Et à ce moment… boum… court-circuit neuronal.

Les prochaines actions des covidéments permettront d’y voir plus clair.

Ils ne se satisferont pas d’un 40 ou même 50 % de vaccinés.

Ils vont vont devoir agir.

Totalement d’accord avec vous ! S’il y a seulement 40% des Israéliens qui finalement, ne se font pas Pfizeriser, ce sera une victoire de l’humain.
J’ai lu le Jerusalem Post, dans ce journal très covidément, il y a des éditoriaux et tribunes qui listent toutes les mesures coercitives (ils appellent ça incentives) que leur gvt “devrait” prendre pour forcer les gens à se faire piquer : forcer ceux qui travaillent à passer un couillona PCR tous les …2 jours ! Empêcher l’accès aux piscines, salles de sport, restaurants,… à tous les non Pfizerisés.

Le covifacisme. La vraie covidictature.

Je pense qu’ils auront gagné s’ils arrivent à piquer plus de 75% de la population de plus de 16 ans (ils ne s’en prennent pas encore aux moins de 16 ans). Verdict dans les 2/3 semaines qui viennent car ils ont déjà atteint 42/44% de primo injection.

Ils vont graver les codes-barres sur les avants bras pour les repérer plus facilement?
Nous, on aura les élégantes boucles d’oreilles des vaches. Vachement seyant 😉
Pas boucle, paf coup de fusil dans la nuque. Ou tout comme, en plus discret.

Les numéros tatoués sur les avant-bras , voilà qui rappellera à certains israéliens de vieux souvenirs.

En attendant, un insigne distinctif coloré apposé obligatoirement sur le vêtement, à hauteur de la poitrine, pourrait parfaitement faire l’affaire.

Et des panneaux à l’entrée des cafés et des magasins, “interdit aux chiens et aux non-vaccinés”.

Oui. Nous sommes dans la provocation, bien entendu. Mais elle est justifiée afin de démonter à coup de cric les saloperies qui sont en train d’être concoctées, sous nos yeux.

J’espère que mes lecteurs prennent la mesure de ce qui se passe. Je m’attendais à un festival de saloperies, hélas, les mois passent et tout se réalise et dépasse même les pires prévisions.

Je n’ai pas de contact en Israël, difficile de se faire une idée du terrain, des forces en présence. Mais c’est flippant. Je suis stupéfait de ne pas voir des manifs, des protestations et même de la violence. Je me contrefiche de la politique intérieure israélienne, mais il faut que les citoyens de ce pays se soulèvent fin mars pour les élections. Etre de droite, perso ça me va, mais là Netanyahu pète un câble. Et il semble qu’il ne soit pas seul. Hélas.

Et quid de la diaspora ? Où sont les juifs de France ? Et les juifs américains ?

J’ai l’impression qu’ils font la queue pour se faire vacciner chez tonton Castex et tata Fauci. Et qu’ils se taisent.

Merde, merde et merde !

Dans le temps, y avait un truc qui s’appelait le secret médical…

Les assurances auront-elles le droit de demander le passeport? Ou accorderont-elles des réductions, un bonus à ceux qui acceptent de le produire?

Et après on généralise aux porteurs du sida.

Bref, une mesure géniale, qui ouvre des perspectives vertigineuses.

Perspectives dont les idiots utiles de service (comme 99% de commentateurs sur les plateaux télé, à commencer curieusement par les gauchistes soi-disant défenseurs des libertés, cf les neuneus des Grande Gueules ce matin, en particulier l’adolescente perturbée Saporta) qui relaient les arguments débiles du bourrage de crâne vacciniste n’ont visiblement aucune conscience, la tête farcie de raisonnements simplets

Je me permets de proposer une petite synthèse des excellentes remarques à cet article contre cette folie vaccinatoire, plus quelques autres de mon cru afin de fournir des arguments clairs à opposer aux vaccineurs fous.

D’abord, rappeler que l’innocuité des vaccins à long terme, notamment à ARN n’est absolument pas prouvée (beaucoup, dont Raoult, ont évoqué le risque de modification de l’ADN sous l’effet de la transcriptase inverse par exemple) (sidéens, abstenez-vous de la vaccination). Ceux qui vous disent “jusqu’ici tout s’est bien passé”, “en Israël on a vacciné des millions de gens sans aucun problème” “oublient” que cela ne montre qu’une (relative) innocuité immédiate. Encore heureux que les vaccinés ne meurent pas comme des mouches tout de suite après!
Mais à ce compte, le sang contaminé, le Mediator, le Rivotril, la Thalidomide etc etc seraient donc parfaitement sans danger : personne n’est mort dans les minutes ou les jours qui ont suivi leur administration.

Ensuite rappeler quelques principes médicaux passé sous silence :
– avant d’administrer un médicament, on fait un calcul bénéfice-risque pour le malade. Or le risque pour les moins de 65 ans est très faible, beaucoup plus que pour la grippe et tout un tas d’autres risques, à commencer par l’alcool, le tabac, les accidents de la route, les accidents domestiques et les suicides.
– on ne vaccine pas, et plus généralement on n’administre pas un traitement à une population entière contre une maladie bénigne, a fortiori si 80% de la population n’est même pas touchée

– pour évaluer l’opportunité d’administrer un traitement de façon massive, il faut passer par un raisonnement bayésien.

https://scienceetonnante.com/2012/10/08/les-probabilites-conditionnelles-bayes-level-1/

Détail intéressant : pour illustrer et faire saisir le raisonnement bayésien avec un exemple concret parlant, dans tous les bouquins ou articles, on vous propose à chaque fois l’exemple d’un vaccin ou d’un médoc, avec une histoire de test ou de prévalence à la clé… en plein dans le mille!

______

Je passe maintenant aux paralogismes (raisonnements fautifs) de la partie adverse, qu’il convient de récuser.

D’abord faire remarquer que cette histoire de “passeport” est un attrape-couillon, un tour de bonneteau : en réalité il s’agit bien derrière de rendre le vaccin obligatoire pour tous et donc c’est là la seule et vraie question dont il faut débattre.

Le tourisme, les voyages en avion, la réouverture des restaurants sont des problèmes accessoires à celui-ci.

L’objectif de passer par ce détour est d’amener le débat sur ces questions accessoires, dont la discussion suppose d’avoir validé préalablement le principe de la vaccination générale comme étant la seule solution unique et inévitable. Un truc classique de rhétorique pour faire admettre par l’adversité comme un fait acquis la thèse douteuse qu’on veut faire passer, en enjambant sa discussion frontale.

Faire remarquer aussi que l’argument de la “solidarité” et autres “responsabilité envers les autres” n’est rien d’autre qu’une injonction morale et un appel à la pitié, des moyens de pression psychologique déloyaux qui ne reposent sur aucun raisonnement rationnel, car rien ne prouve que l’on mette en danger les autres et cela à cause de l’argument massue suivant

En effet, il faut mettre en évidence la contradiction fondamentale derrière tous ces “bons arguments” pour forcer les gens à se vacciner :

Outre le fait que rien ne prouve que cela empêche la pandémie de poursuivre et de revenir, ces arguties reposent sur l’idée que les gens qui ne se vaccinent pas font courir un danger aux autres, et que c’est dégueulasse et égoïste (encore la moraline).

Or les gens qui ont peur d’attraper la maladie ont un excellent moyen de se protéger, selon leurs propres affirmations : ils n’ont qu’à se vacciner! Dès lors ils n’ont plus aucune raison d’exiger que les autres le fassent aussi, puisqu’ils ne craignent plus rien et donc se foutent logiquement de savoir si les autres sont contagieux ou pas, vu qu’ils sont pro-té-gés! Ou alors ils n’ont pas confiance dans le vaccin : mais dans ce cas pourquoi l’exiger s’il ne marche pas?

Et voilà qui clôt le débat en renvoyant chacun à sa responsabilité et à son jugement, comme cela est de bon aloi dans une société respectueuse des libertés individuelles :

– ceux qui ont la pétoche (ou un risque élevé) se vaccinent
– ceux qui ne se vaccinent pas assument leur choix (et leur calcul bénéfice-risque) s’ils tombent malades et ne s’en prennent qu’à eux-mêmes.
car dans cette situation le choix de chacun n’a aucune incidence sur les autres et ne leur nuit en rien!

Vous avez tout bon sauf la conclusion : l’injection n’est pas un choix personnel, mais leur projet pour tous. Une autre façon de clore le débat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *